Ecoutez Radio Sputnik
    NSA

    Un ex-employé de la NSA reconnaît avoir conservé des documents secrets chez lui

    © AP Photo / Patrick Semansky
    International
    URL courte
    438
    S'abonner

    Un Américain de 67 ans risque jusqu'à 10 ans de prison pour avoir conservé chez lui des documents classés secret-défense.

    Un ancien employé de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) a reconnu qu'il s'était illégalement emparé de documents classifiés et les avait conservés sur son ordinateur privé, a annoncé le département américain de la Justice.

    Il s'agit de l'ancien membre de l'unité d'élite de piratage de la NSA, Nghia Hoang Pho, qui a conservé chez lui, entre 2010 et 2015, des documents contenant des informations classées secret-défense. Aujourd'hui âgé de 67 ans, cet Américain d'origine vietnamienne encourt jusqu'à 10 ans de prison. Le verdict de son procès doit être rendu début avril 2018.

    Selon les médias américains citant un représentant des services de renseignement, c'est bien cet employé de la NSA qui avait été évoqué auparavant par la presse dans l'affaire liée au logiciel anti-virus de Kaspersky Lab.

    En septembre, les agences fédérales américaines avaient reçu la recommandation de supprimer de leurs ordinateurs le logiciel de la compagnie installée à Moscou en raison de ses liens présumés avec les services de renseignement russes. D'après certaines sources, Nghia Hoang Pho utilisait sur son ordinateur le logiciel de Kaspersky, ce qui aurait permis aux services de renseignement russes de dérober des informations confidentielles.

    Le groupe russe a pour sa part vigoureusement nié ces allégations. En novembre dernier, le site WikiLeaks a publié un document selon lequel l'Agence centrale de renseignement américaine (CIA) avait créé des certificats d'authentification imitant ceux de la société russe Kaspersky Lab. Ses informations ont été par la suite confirmées par le fondateur du groupe Evgueni Kaspersky.

    Tags:
    renseignement, cybersécurité, hackers, justice, documents confidentiels, CIA, Département de la Justice américain, Kaspersky Lab, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Nghia Hoang Pho, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik