International
URL courte
Nucléaire coréen (374)
6525
S'abonner

La Russie s'élève résolument contre le désir de la Corée du Nord de détenir l'arme nucléaire et respecte toutes les sanctions décrétées par les Nations unies contre ce pays, mais Washington joue avec le feu en entraînant dans ses provocations le Japon et la Corée du Sud, a affirmé Sergueï Lavrov.

Le Japon et la Corée du Sud, que les États-Unis tentent d'entraîner dans le sillage de leurs provocations autour de la Corée du Nord, seront les premières victimes en cas de guerre dans la péninsule coréenne, a affirmé Sergueï Lavrov.

«Condamnant les aventures nucléaires balistiques de Pyongyang, nous devons également stigmatiser le comportement provocateur de nos collègues américains. Pour notre grand malheur, ils cherchent à pousser dans le même sens les Japonais et les Sud-Coréens qui […] deviendront les premières victimes en cas du déclenchement d'une guerre dans la péninsule coréenne», a-t-il indiqué lors d'une interview à la chaîne de télévision biélorusse STV.

Dans ce contexte, il a réitéré la position de la Russie qui estime inacceptable l'aspiration de la Corée du Nord à acquérir le statut de puissance nucléaire.

«Nous nous élevons contre les convoitises de la Corée du Nord qui cherche à posséder l'arme nucléaire. Tous les pays l'OTSC [Organisation du traité de sécurité collective, ndlr] souscrivent à la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.»

Sergueï Lavrov a ajouté que tous les membres de l'Organisation souhaitaient abandonner la rhétorique, les menaces et les offenses et tâter le terrain en vue de relancer les négociations.

Il a également abordé le sujet des sanctions imposées à la Corée du Nord par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Le ministre russe des Affaires étrangères a été formel: «Nous respectons les sanctions introduites.»

Sergueï Lavrov a accordé une interview à la chaîne biélorusse en marge de la réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères de l'OTSC. Répondant à une question sur la position de la Russie et de l'OTSC au sujet de la situation dans la péninsule coréenne, il a noté que les pays membres étaient solidaires sur le dossier.

La Corée du Nord a procédé cette semaine à un nouveau tir de missile de type intercontinental (ICBM), le Hwasong-15. Le missile a décollé de l'ouest de la Corée du Nord en direction de l'est pour finir sa course en mer dans la zone économique exclusive du Japon, à 250km de la préfecture d'Aomori (extrême nord de l'île de Honshū, la principale île du Japon). Le vol a duré près de 54 minutes. Le missile a atteint une altitude de 4.475 km et a parcouru une distance de 950 km. Selon les estimations des experts, la portée réelle de ce missile s'élève à 10.500-13.000 km, ce qui signifie que ce système permet d'atteindre Washington et toutes les autres régions du territoire continental des États-Unis.

Le Conseil de sécurité de l'Onu avait précédemment adopté à l'unanimité une nouvelle résolution sur la Corée du Nord, limitant considérablement le potentiel d'exportation et d'importation nord-coréen. La résolution 2375 crée le plus dur régime de sanctions jamais imposé par l'Onu au XXIe siècle.

Dossier:
Nucléaire coréen (374)

Lire aussi:

Couac pour la primaire écologiste, des inscrits qui ont payé deux euros n’ont pas pu voter
«Injectés ou éjectés?»: 10e acte de manifestations contre le pass sanitaire que Macron compte alléger
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
Tags:
Russie, États-Unis, Japon, Corée du Sud, Corée du Nord, Biélorussie, Péninsule de Corée, Sergueï Lavrov, ONU, OTSC, Conseil de sécurité de l'Onu, sanctions, provocation, nucléaire coréen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook