International
URL courte
7115
S'abonner

Les États-Unis cherchent de nouveaux lieux de stationnement pour les éléments de défense antimissile dans le pays en vue de parer une éventuelle attaque de la Corée du Nord, a affirmé Reuters.

Le ministère américain de la Défense cherche sur la côte ouest de nouveaux secteurs capables d'accueillir des éléments de la défense antimissile en vue de se défendre contre une éventuelle attaque de Pyongyang, a annoncé dimanche l'agence Reuters, citant des membres du Congrès US.

Mike Rogers, membre républicain de la Chambre des représentants, et Adam Smith, démocrate de l'État de Washington à la Chambre, ont déclaré à l'agence que le gouvernement examinait une éventuelle installation dans le secteur du système antimissile THAAD mis au point par le géant américain Lockheed Martin. Selon eux, le nombre de systèmes n'est pas encore précisé et le site sur lequel ils pourraient être déployés n'a pas encore été défini.

Sans commenter l'information à Reuters, Lockheed Martin a fait remarquer que la société était prête «à soutenir l'Agence pour la défense antimissile et le gouvernement américain dans le domaine de la défense antimissile».

Le THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) est un système antimissile basé au sol destiné à intercepter les missiles balistiques de courte portée, moyenne ou intermédiaire. L'installation d'un tel système prend plusieurs semaines, a précisé Reuters.

Outre deux THAAD installés en Corée du Sud et dans l'île de Guam dans le Pacifique, les États-Unis possèdent sept autres systèmes semblables situés notamment, d'après Reuters, sur la base de Fort Bliss au Texas. Toutefois, les systèmes étant très mobiles, l'emplacement des autres reste inconnu.

Le Pentagone a déclaré pour sa part qu'il ne confirmait pas les informations des médias sur la recherche de nouveaux sites pour ses systèmes THAAD.

La Corée du Nord a procédé le 29 novembre à un nouveau tir de missile, le premier depuis le 15 septembre. Selon l'agence nord-coréenne KCNA, le missile de type intercontinental (ICBM), le Hwasong-15, a décollé de l'ouest de la Corée du Nord en direction de l'est pour finir sa course en mer dans la zone économique exclusive du Japon, à 250km de la préfecture d'Aomori (extrême nord de l'île de Honshū, la principale île du Japon). Le vol a duré près de 54 minutes. Le missile a atteint une altitude de 4.475 km et a parcouru une distance de 950 km. Ces données ne diffèrent presque en rien de celles du Japon et de la Corée du Sud.

Lire aussi:

Miss France 2020 sauvée par les pompiers lors d’un incendie dans son immeuble à Paris
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
Tags:
nucléaire coréen, défense antimissile, Hwasong-15, système antimissile THAAD, Lockheed Martin, Reuters, KCNA, Honshu, Pyongyang, océan Pacifique, Texas, Guam, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook