Ecoutez Radio Sputnik
    Ali Abdullah Saleh

    L'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué à Sanaa

    © AFP 2017 KHALED FAZAA
    International
    URL courte
    Meurtre de l'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh (6)
    171217

    L'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué, affirment les houthis. Al-Mahdi Ahmad bin Yahya, chef d'un département de l'armée yéménite alliée avec les houthis a confirmé la mort de M.Saleh à Sputnik. Le Congrès général du peuple yéménite, le parti auquel appartient M.Saleh, a aussi confirmé cette information.

    Ali Abdallah Saleh, Président yéménite de 1994 à 2011, a été tué par les rebelles houthis, ont affirmé lundi la chaîne de télévision iranienne Al-Alam et l'agence d'information iranienne Tasnim.

    ​D'après Tasnim, M.Saleh a trouvé la mort alors qu'il essayait de s'enfuir de la capitale yéménite vers le gouvernorat de Marib.

    Al-Mahdi Ahmad bin Yahya, chef d'un département de l'armée yéménite alliée avec le mouvement chiite Ansar Allah (ou rebelles houthis) a confirmé la mort de l'ancien Président à Sputnik.

    Selon le général, M.Saleh a été tué lundi sur la route reliant Sinhan à Marib, au cours de ses déplacements secrets dans le pays. Les forces de sécurité de l'armée yéménite avaient suivi les déplacements de M.Saleh depuis dimanche soir. Quand l'ex-Président est arrivé dans le quartier Sinhan de Sanaa, les militaires yéménites ont entrepris une tentative de l'arrêter. M.Saleh et plusieurs personnes de son entourage ont été tués lors d'un échange de tirs. De nombreuses personnes ont été arrêtées.

    Le ministère de l'Intérieur contrôlé par les houthis a aussi annoncé la mort d'Ali Abdallah Saleh.

    Le Congrès général du peuple, parti auquel appartient M.Saleh, a fini par confirmer la mort de M.Saleh. Dans un premier temps, un membre du Congrès avait démenti cette information qu'il avait qualifiée de rumeurs.

    Ces derniers jours, les forces fidèles à M.Saleh combattent les rebelles houthis pour reprendre le contrôle des bâtiments officiels à Sanaa, les mêmes qu'ils contrôlaient conjointement il y a encore quelques jours.

    M.Saleh a déclaré lundi qu'il rompait son alliance avec les houthis, les accusant de sacrifier le peuple yéménite au nom de leurs ambitions et de la politique imposée par l'Iran. Samedi, le Congrès général du peuple, allié d'Ansar Allah depuis le début du conflit au Yémen, avait diffusé une déclaration appelant à lutter contre les houthis qui «entraînent le pays dans la guerre civile».

    D'après la chaîne de télévision Al Arabiya, il n'y a pas d'informations sur le sort de M.Saleh après que sa maison située à Sanaa a été bombardée.

    Des avions de la coalition des pays arabes dirigée par l'Arabie saoudite ont frappé lundi matin les positions des milices houthies à Sanaa pour soutenir l'ex-Président Ali Abdallah Saleh, anciennement proche des houthis avant de renoncer à son alliance avec le groupe soutenu par l'Iran.

    Le Yémen est le théâtre d'un conflit sanglant opposant les forces gouvernementales du Président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale, au mouvement chiite des rebelles houthis Ansar Allah et aux unités militaires fidèles à Ali Abdallah Saleh. La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite et comprenant la plupart des pays du golfe Persique mène des frappes aériennes contre les houthis depuis mars 2015.

    L'Onu a lancé une enquête sur la situation au Yémen qu'elle qualifie de «pire crise humanitaire au monde». Selon l'Onu, 17 millions de Yéménites manquent de nourriture et 7 millions d'entre eux dépendent entièrement de l'aide humanitaire étrangère. 

    Dossier:
    Meurtre de l'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh (6)

    Lire aussi:

    Les derniers mots de Saleh adressés au peuple yéménite
    Sputnik a perdu contact avec son pigiste au Yémen
    Des images du corps présumé de Saleh publiées sur le Web
    Tags:
    décès, Houthis, Al-Arabiya, Al Alam (chaîne TV), Tasnim, Congrès général du peuple (Yémen), Ansarullah, Ali Abdallah Saleh, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik