Ecoutez Radio Sputnik
    la Corée du Nord

    La Corée du Nord envahie par «une maladie fantôme», selon les médias

    © Sputnik. Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    26649

    Les essais nucléaires et balistiques réalisés au cours de ces derniers mois par Pyongyang, entraînent la propagation d’une «maladie fantôme» inconnue parmi la population nord-coréenne, affirme le quotidien britannique Daily Mail ajoutant toutefois que les médecins ayant effectué des examens n’ont pas su détecter les traces de radiation.

    Les tests nucléaires de Kim Jong-un ont contaminé les Nord-Coréens avec une maladie «fantôme» qui déforme les bébés et laisse les civils avec une terrible maladie des radiations, annonce le quotidien britannique Daily Mail se référant à une transfuge, Lee Jeong Hwan qui s'est réfugiée en Corée du Sud.

    D'après le journal, la femme souffrait de douleurs et s'est adressée aux médecins sud-coréens, prétendant que ces malaises étaient provoqués par les radiations.

    «Tant de gens en sont morts que nous avons commencé à l'appeler "la maladie fantôme". (…) Nous pensions que nous étions en train de mourir parce que nous étions pauvres et que nous mangions mal. Nous savons maintenant que c'était le rayonnement», a-t-elle affirmé.

    Néanmoins, après l'avoir soigneusement examiné, les médecins n'ont pas trouvé d'indices d'une éventuelle irradiation.

    Une autre transfuge, Rhee Yeong Sil a confirmé ces propos en ajoutant qu'elle habitait à quelques kilomètres d'un site d'essais nucléaires et que ses voisins avaient eu un bébé malformé.

    «Nous n'avons pas pu déterminer le sexe du bébé, car il n'avait pas de parties génitales. (…) En Corée du Nord, les bébés malformés sont généralement tués. Donc les parents ont tué leur bébé», a-t-elle déploré.

    Cependant, les scientifiques ont dit que les «victimes» ne disposaient pas de toutes les informations dont elles avaient besoin pour prouver que la détérioration de leur santé avait été causée par les radiations.

    Par ailleurs, le Daily Mail indique qu'environ 30 transfuges nord-coréens se sont adressés aux médecins, affirmant être victimes des radiations provoquées par les lancements de missiles, mais à l'heure actuelle leurs paroles n'ont pas été confirmées par les résultats des examens médicaux.

    Les tensions ne cessent de monter autour de la péninsule coréenne au cours de ces derniers mois, durant lesquels Pyongyang a réalisé une série inédite de tests de missiles et procédé à l'essai d'une bombe à hydrogène (bombe H).

    De son côté, Séoul et Washington ont effectué une série d'exercices militaires conjoints. L'exercice Vigilant ACE impliquant environ 230 avions, dont des chasseurs furtifs F-22 Raptor, a débuté lundi 4 décembre pour une durée de cinq jours.

    Soucieuses de la stabilisation de la situation sur la péninsule coréenne, la Russie et la Chine avaient précédemment proposé à la Corée du Nord d'instaurer un moratoire sur les essais nucléaires et les tirs de missiles et, à la Corée du Sud et aux États-Unis, de s'abstenir d'organiser des exercices militaires dans la région. Cependant, Washington a fait la sourde oreille à cette initiative.

    Lire aussi:

    Séoul pose ses conditions pour entamer un «dialogue direct» avec Pyongyang
    La guerre est inévitable, selon la diplomatie nord-coréenne
    Début des exercices aériens conjoints américano-sud-coréens d’une ampleur sans précédent
    Tags:
    conflit, maladie, médias, nucléaire coréen, programme balistique, Vigilant Ace (exercices), Kim Jong-un, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik