Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Frappe israélienne contre une banlieue de Damas: la Syrie aurait contre-attaqué

    © REUTERS/ Omar Sanadiki
    International
    URL courte
    35628

    Dans la nuit de lundi à mardi, une banlieue de Damas a été prise pour cible par plusieurs missiles israéliens dont trois ont été interceptés par des systèmes antiaériens syriens, indiquent des médias locaux.

    Plusieurs missiles israéliens ont été tirés mardi dans la nuit contre une installation militaire qui se trouve dans une banlieue de la capitale, a signalé la télévision syrienne. Les systèmes syriens de défense aérienne en ont interceptés trois.

    Dans la soirée de lundi, un témoin a déclaré à l'agence Reuters que trois explosions avaient été entendues en provenance de Jamraïa, à l'ouest de Damas, alors qu'un autre témoin évoquait un nuage de fumée s'élevant au-dessus de la zone.

    Une source renseignée a de son côté affirmé à Sputnik qu'Israël avait lancé six missiles au total sur le Centre de recherche scientifique à Jamraïa et que des systèmes antiaériens syriens avaient dévié l'attaque. Plus tôt, un correspondant de Sputnik avait fait état de trois puissantes explosions à Damas.

    Samedi 2 décembre, les médias syriens officiels ont annoncé que la défense aérienne avait interceptée une attaque israélienne. Une source locale a confirmé à Sputnik que l'attaque avait été menée au sud de Damas.

    Les militaires israéliens n'ont pas commenté l'attaque, tandis que Benjamin Netanyahou a publié une déclaration affirmant que Tel Aviv ne tolérerait pas la présence de forces iraniennes en Syrie et ne permettrait pas à Téhéran de se doter de l'arme nucléaire.

    Lire aussi:

    Syrie: la cible d’Israël aurait été une base iranienne
    La Syrie a repoussé une attaque israélienne de missiles (vidéo)
    Le Premier ministre israélien rompt le silence sur la frappe contre Damas
    Tags:
    tir de missiles, contre-attaque, attaque, missiles, défense antiaérienne, Damas, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik