Ecoutez Radio Sputnik
    Un partisan du groupe Houthi brandit son fusil

    La Fédération des journalistes sur la prise d'otages au Yémen dont un pigiste de Sputnik

    © REUTERS / Khaled Abdullah
    International
    URL courte
    Situation au Yémen (2017) (67)
    120

    La Fédération internationale des journalistes réprouve la prise en otage de 41 reporters, dont un pigiste de Sputnik, par des insurgés houthis à Sanaa, a annoncé à la rédaction un responsable de la Fédération, Ernest Sagaga.

    La FIJ (Fédération internationale des journalistes) s'est fermement élevée mardi contre la prise en otage de journalistes dans l'immeuble de la chaîne Yemen Today à Sanaa, a déclaré à Sputnik Ernest Sagaga, chef du Département des droits de l'Homme et de la protection des journalistes.

    La Fédération internationale des journalistes condamne cette action, a souligné Ernest Sagaga. Les journalistes ne doivent jamais être otages, a-t-il noté, rappelant, en sa qualité de juriste, que la prise d'otage était un crime de guerre.

    Les insurgés houthis ont investi samedi dernier le centre de télévision où se trouve, entre autres, le siège de la chaîne Yemen Today réputée être proche du parti de l'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh. Le pigiste de Sputnik, avec qui l'agence avait perdu contact, est parmi les otages. Les journalistes ont déclaré dimanche se mettre en grève de la faim. Deux sources indépendantes l'une de l'autre ayant des contacts avec les insurgés ont annoncé ce mardi à Sputnik que son pigiste était retenu avec 40 autres journalistes par les houthis au siège de la télévision.

    La chaîne Yemen Today est réputée proche du Congrès populaire général (parti de l'ex-Président yéménite) qui a appelé les habitants à défendre le pays contre son récent allié, le mouvement houthi Ansar Allah.

    Elle a diffusé un discours d'Ali Abdallah Saleh dans lequel il appelait à un soulèvement contre les Houthis et interdisait aux militaires qui lui étaient restés fidèles d'obtempérer à leurs ordres.

    Les Houthis ont annoncé lundi avoir tué l'ancien président Ali Abdallah Saleh et ont diffusé sur la chaîne de télévision officielle une vidéo montrant le corps ensanglanté d'une personne ressemblant fortement à l'ex-Président. Le parti d'Ali Abdallah Saleh a confirmé par la suite sa mort. Un représentant de l'armée yéménite a indiqué à Sputnik que les Houthis avaient surveillé les déplacements d'Ali Abdallah Saleh à partir de samedi et qu'ils l'avaient tué lors d'un échange de tirs. En outre, les Houthis auraient blessé et fait prisonnier le fils de l'ancien dirigeant, a annoncé la chaîne Sky News Arabia, se référant à ses propres sources.

    Le weekend dernier, le défunt chef d'État avait tendu la main à la coalition adverse dirigée par l'Arabie saoudite, ce qui a été qualifié de «grande trahison» par les Houthis. Des affrontements ont éclaté ensuite dans la capitale Sanaa contrôlée par les forces anti-Hadi.

    Dossier:
    Situation au Yémen (2017) (67)

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    journalistes, prise d'otages, Sky News Arabia, Ansarullah, Fédération internationale des journalistes (FIJ), Congrès populaire général du Yémen (CPG), Sputnik, Yemen Today, Ali Abdallah Saleh, Ernest Sagaga, Arabie Saoudite, Sanaa, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik