International
URL courte
1130
S'abonner

Le pigiste de Sputnik au Yémen, injoignable pendant deux jours, a réussi à appeler sa femme.

Le pigiste de Sputnik retenu en otage par des insurgés houthis à Sanaa, au Yémen, a appelé son épouse pour lui dire qu'il était sain et sauf. Il était resté injoignable pendant deux jours.

«Je n'avais aucune communication avec mon mari, mais il y a un quart d'heure, nous avons pu nous parler au téléphone, a raconté la femme du journaliste à Sputnik. Il a dit qu'il allait bien. Mais ils [les Houthis, ndlr] ne disent pas quand ils les libèreront. Certains affirment qu'ils seront relâchés dans deux jours.»

Elle a précisé qu'ils avaient cinq enfants, dont l'aîné avait 16 ans et la benjamine 3 ans, et que leurs enfants étaient très inquiets depuis qu'ils avaient appris que leur père avait été pris en otage. «La maison a été soumise à une perquisition», a-t-elle ajouté. Elle a constaté que mardi la situation à Sanaa était plus calme que les jours précédents.

Les journalistes retenus en otage seront libérés à l'issue d'une enquête, avait précédemment affirmé à Sputnik Halima Jahaf, membre du bureau politique du mouvement houthi Ansar Allah.

Les insurgés houthis ont investi samedi dernier le centre de télévision où se trouve, entre autres, le siège de la chaîne Yemen Today réputée être proche du parti de l'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh. Le pigiste de Sputnik qui travaillait pour cette chaîne était injoignable depuis deux jours. Deux sources indépendantes l'une de l'autre ayant des contacts avec les insurgés ont annoncé ce mardi à Sputnik que son pigiste était retenu en otage avec 40 autres journalistes par les houthis au siège de la télévision. Les journalistes ont déclaré dimanche se mettre en grève de la faim.

La chaîne Yemen Today est réputée proche du Congrès populaire général (parti de l'ex-Président yéménite) qui a appelé les habitants à défendre le pays contre son récent allié, le mouvement houthi Ansar Allah. Elle a diffusé un discours d'Ali Abdallah Saleh dans lequel il appelait à un soulèvement contre les Houthis et interdisait aux militaires qui lui étaient restés fidèles d'obtempérer à leurs ordres.

Les Houthis ont annoncé lundi avoir tué l'ancien président Ali Abdallah Saleh et ont diffusé sur la chaîne de télévision officielle une vidéo montrant le corps ensanglanté d'une personne ressemblant fortement à l'ex-Président. Un représentant de l'armée yéménite a indiqué à Sputnik que les Houthis avaient surveillé les déplacements d'Ali Abdallah Saleh à partir de samedi et qu'ils l'avaient tué lors d'un échange de tirs. En outre, les Houthis auraient blessé et fait prisonnier le fils de l'ancien dirigeant, a annoncé la chaîne Sky News Arabia, se référant à ses propres sources.

La Fédération internationale des journalistes a fermement condamné cette action. Les journalistes ne doivent jamais être otages, a déclaré à Sputnik Ernest Sagaga, chef du Département des droits de l'Homme et de la protection des journalistes. Il a rappelé, en sa qualité de juriste, que la prise d'otage était un crime de guerre.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Tags:
journalistes, otage, Fédération internationale des journalistes (FIJ), Sputnik, Congrès populaire général du Yémen (CPG), Ansarullah, Ernest Sagaga, Ali Abdallah Saleh, Sanaa, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook