Ecoutez Radio Sputnik
    Le sous-marin argentin ARA San Juan

    Sous-marin San Juan: avant de disparaître, le submersible a contacté la base à 8 reprises

    © REUTERS / Armada Argentina
    International
    URL courte
    2218
    S'abonner

    Selon les médias argentins, l'équipage du sous-marin San Juan a plusieurs fois appelé sa base pour donner des informations courantes.

    L'équipage du sous-marin argentin disparu San Juan a huit fois appelé sa base dans la ville de Mar del Plata, annonce la chaîne télévisée Todo Noticias.

    La compagnie Tesacom a publié un compte-rendu selon lequel, les quatre premiers appels ont été faits le 15 novembre entre 0h11 et 0h50 UTC. Par la suite, le sous-marin a appelé à 3 reprises à 11h05 UTC, tandis que le dernier appel a été fait à 12h36 UTC. La conversation la plus longue a duré 13 minutes.

    Le porte-parole de la Marine argentine Enrique Balbi a confirmé les informations du compte-rendu.

    «Les premiers appels ont été faits par le capitaine pour annoncer un court-circuit et un début d'incendie, fumée sans flammes», a indiqué le porte-parole.

    Selon lui, dans la deuxième série d'appels, le capitaine a demandé l'autorisation de changer d'itinéraire afin de réduire le nombre de jours passés en haute mer.

    Le 15 novembre, le commandement de la Marine argentine a perdu le contact avec le sous-marin diesel-électrique ARA San Juan. Il avait quitté le port d'Ushuaia avant de mettre le cap sur Mar del Plata, à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires.

    44 personnes se trouvaient à bord du sous-marin au lieu des 37 prévues normalement. Les sept personnes «en trop» n'étaient pas des sous-mariniers. On y trouvait notamment deux plongeurs-démineurs du Groupement de plongeurs tactiques (Buzos Tacticos) des forces spéciales de la Marine argentine et la première femme d'Argentine et d'Amérique latine officier sous-marinier, Eliana Maria Krawczyk, âgée de 35 ans, connue dans son pays comme la «reine des mers».

    Tags:
    appel, ARA San Juan (sous-marin), Marine argentine, Enrique Balbi, Mar del Plata
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik