International
URL courte
0 216
S'abonner

La Justice américaine envisage de passer au crible l’activité de la société Multicultural Radio Broadcasting Inc. qui diffuse des émissions de Sputnik aux États-Unis et menace de l’obliger à s’enregistrer en tant qu’agent étranger.

La société américaine Multicultural Radio Broadcasting Inc. (MRBI) qui diffuse des émissions radio de Sputnik en modulation d'amplitude (AM) a reçu un avertissement de la Justice américaine qui a menacé l'entreprise de l'obliger à s'enregistrer comme agent étranger et a exigé qu'elle fournisse des informations supplémentaires concernant son activité.

Dans une lettre adressée à MRBI, dont Sputnik a obtenu une copie, le ministère américain de la Justice observe que les émissions de Radio Sputnik sont diffusées via la station radio WZHF 1390 AM située à Washington et appartenant à MRBI, et pointe du doigt l'article intitulé «Nous écoutons tous Radio Sputnik: les Russes s'emparent de la station radio 1390 AM à Washington» paru sur le site de Sputnik.

«Compte tenu de ces faits, MRBI peut se voir obligé à s'enregistrer conformément à la loi dite FARA (Foreign Agents Registration Act, ou «loi d'enregistrement des agents étrangers», ndlr)», stipule la lettre signée du chef du département chargé de l'enregistrement Heather Hunt.

MRBI risque ainsi de devenir la seconde société américaine diffusant des émissions de Sputnik à se retrouver soumise à la loi FARA, après la société Reston Translator qui diffuse sur les ondes ultra-courtes (FM) et qui s'est vue récemment porter sur la liste des agents étrangers.

Rappelons à cet égard que Sputnik, qui collabore avec de nombreuses sociétés de radiodiffusion à travers le monde, n'a pour sa part reçu aucune demande des autorités américaines qui l'obligerait à s'enregistrer en tant qu'agent étranger.

Quant à MRBI, la justice américaine donne à l'entreprise 30 jours pour présenter des documents concernant sa propriété, la description de son fonctionnement et du service offert à Sputnik ou toute autre société étrangère, ainsi qu'une copie du contrat conclu avec Sputnik radio ou autres sociétés étrangères.

Le ministère américain de la Justice demande par ailleurs de lui fournir des informations sur l'origine des programmes, le contrôle rédactionnel sur le contenu de ces derniers et leur financement.

La rédactrice en chef de Sputnik et de la chaîne de télévision RT, Margarita Simonian, avait précédemment annoncé que RT America s'était enregistré le 13 novembre comme agent étranger à la demande du département de la Justice des États-Unis.

D'autres médias publics étrangers opérant aux États-Unis, notamment la société de production et de télé- et radiodiffusion britannique BBC, la Télévision centrale de Chine (CCTV), la chaîne de télévision française France 24, la radio allemande Deutsche Welle n'ont cependant pas reçu de statut d'agents étrangers aux États-Unis.

En réaction aux démarches américaines contre Sputnik et RT America, la Russie a placé neuf médias sur la liste des «agents étrangers», a annoncé mardi le ministère russe de la Justice.

Ainsi, la Voix de l'Amérique, la chaîne de télévision Current Time, la Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL) et ses projets régionaux en Russie, Caucase.Réalités, Crimée.Réalités, Sibérie.Réalités, IdeL.Réalités, Azatliq Radiosi et le projet Factograph figurent désormais sur cette liste.

Les journalistes des médias inclus dans le registre seront notamment interdits d'entrée à la Douma d'État et au Conseil de la Fédération.

Le ministère russe des Affaires étrangères a cependant confirmé que Moscou pourrait lever les restrictions si Washington faisait de même.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
radio, FARA (Foreign Agents Registration Act, ou «loi d'enregistrement des agents étrangers»), RT America, Sputnik, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook