International
URL courte
8270
S'abonner

La commission composée de chercheurs russes qui étudient les possibles causes de la concentration élevée de ruthénium-106 détectée en Europe et en Russie a avancé une nouvelle hypothèse. Selon les données provisoires, cette émission conséquente aurait été provoquée par la chute d’un satellite.

La commission chargée de l'investigation concernant la concentration élevée de ruthénium-106 détectée au sud de l'Oural a fait savoir qu'il était très probable que cette émission ait été provoquée par un satellite ayant brûlé dans l'atmosphère, à bord duquel il y aurait eu la source de ce radio-isotope. La commission est composée de représentants du conglomérat nucléaire public russe Rosatom, de l'Institut du développement de l'énergie nucléaire et de l'Agence fédérale biomédicale.

Auparavant, les écologistes avaient avancé une hypothèse selon laquelle les émissions de Ru-106 auraient pu être provoquées par un accident à l'usine Maïak, une entreprise de retraitement de combustibles nucléaires usés. Selon le document rendu public par la commission, les employés de Maïak ont été soumis à un contrôle qui n'a pas détecté de rayonnement de Ru-106.

Roscosmos, l'agence chargée du programme spatial civil russe, n'a pas commenté les résultats provisoires de l'investigation, en déclarant qu'elle attendait les conclusions finales de la commission.

Un chercheur de l'Académie russe des études spatiales Tsiolkovski, Alexandre Zheleznyakov, a mis en cause cette nouvelle version, en expliquant que la chute d'un satellite aurait été remarquée a priori.

«Toutes les orbites d'enterrement des appareils spatiaux usés de ce genre sont surveillées très rigoureusement, notamment par les systèmes de surveillance américains. Si une menace de désorbitation d'un tel objet était réelle, cela aurait fait aussitôt du bruit, et pas seulement en Russie», a déclaré le chercheur russe cité par RBC.

Le rédacteur en chef du site Atominfo, Alexandre Ouvarov, a, à son tour, présupposé que c'était «un satellite de surveillance» qui avait brûlé dans l'atmosphère. Selon lui, ruthénium n'est pas une source d'énergie convenable à cause de sa vie assez courte (une année). C'est pourquoi ce radio-isotope est utilisé principalement pour des satellites placés en orbite basse et dont le vol n'est pas long. Il peut donc s'agir d'un satellite de surveillance.

Entre le 29 septembre et le 3 octobre, une concentration élevée de Ru-106 a été détectée en Europe. Fin novembre, le Service fédéral pour l'hydrométéorologie et le contrôle de l'environnement (Rosguidromet) a confirmé avoir détecté une émission radioactive puissante près de la ville russe de Tcheliabinsk.

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
radioactivité, satellite, Holding spatial russe Roscosmos, Rosatom, Oural, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook