Ecoutez Radio Sputnik
    Casques bleus au Congo

    Un grand nombre de casques bleus tués et blessés dans une attaque dans l'est du Congo

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    7117
    S'abonner

    Au moins 14 soldats des forces de maintien de la paix des Nations unies au Congo ont été tués et plus de 40 autres blessés dans une attaque survenue dans l’est du pays.

    Dans la République démocratique du Congo, un «grand nombre» de casques bleus ont trouvé la mort et de nombreux autres ont été blessés dans une attaque survenue jeudi soir, a affirmé Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint des Nations unies aux Opérations de maintien de la paix. Sur sa page Twitter, M.Lacroix s'est dit choqué et a fait part de sa compassion pour les familles endeuillées et pour ses collègues de la Monusco (mission de maintien de la paix au Congo).

    L'attaque a eu lieu au Nord-Kivu, province de l'est du pays située à la frontière avec l'Ouganda et le Rwanda. De hauts responsables de l'Onu, cités par Reuters et souhaitant garder l'anonymat, ont fait état d'au moins 14 morts et de plus d'une quarantaine de blessés. Les victimes appartenaient au contingent tanzanien, ont précisé vendredi à l'agence un autre haut responsable de l'Onu et un membre d'un groupe de militants congolais.

    Par la suite, la Monusco a déclaré que, selon son propre bilan, 14 casques bleus et cinq militaires congolais, avaient été tués et que 53 autres casques bleus avaient été blessés.

    Début octobre, la base militaire de l'Onu de Mamundioma, également située dans l'est du Congo, avait été prise pour cible. Un casque bleu y avait été tué et 12 autres blessés.

    Tags:
    attaque, maintien de la paix, militaires, casques bleus, victimes, Mission des Nations unies pour la stabilisation en RD Congo (MONUSCO), ONU, République démocratique du Congo (RDC)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik