International
URL courte
8352
S'abonner

Donald Trump a affirmé que le chef du Pentagone James Mattis avait délogé les terroristes de Daech de Syrie et d’Irak. Sputnik a demandé à Ali Musawi, correspondant de guerre de Press TV, qui couvre les événements à Mossoul et à Erbil, à quel point la déclaration du Président américain correspondait à la réalité.

Donald Trump s'attribue les mérites de la victoire sur Daech tant en Irak, qu'en Syrie, ce qui est plutôt amusant, a déclaré Ali Musawin à Sputnik.

«Les États-Unis ont effectivement joué un certain rôle, notamment du côté de l'Irak, mais ils n'étaient évidemment pas un artisan clé de la victoire sur Daech dans ces deux pays. Le mérite en revient entièrement aux armées irakienne et syrienne», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, bien que les guerres contre Daech en Irak et en Syrie soient liées, elles ne peuvent pas être considérées comme un seul et même conflit.

«Quand les États-Unis ont attaqué par exemple l'une des parties en Irak, les médias mainstream ne le couvraient pas comme une attaque contre la population civile. Ils affirmaient que cette attaque était dirigée contre Daech et était parfaitement nécessaire. Mais leur réaction était toute autre quand il s'agissait de l'armée syrienne ou du gouvernement syrien», a relevé le journaliste.

Et d'ajouter que les Américains refusaient de reconnaître que la victoire sur Daech a été en bonne partie rendue possible grâce au Hezbollah et à la Russie qui, comme l'Iran, a de plus en plus d'influence dans la région.

«Les USA ont contribué davantage à la création de Daech qu'à sa liquidation», a estimé M.Musawi.

Il a rappelé notamment le soutien apporté autrefois par les Américains à la nébuleuse terroriste Al-Qaïda pour enrayer l'influence de l'Iran dans la région, mais que cela avait finalement amené à la création de Daech.

Lire aussi:

Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Le pétrole iranien au Venezuela: les dessous d’une manœuvre stratégique «face à un même adversaire»
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Tags:
victoire, médias mainstream, guerre, Hezbollah, Al-Qaïda, Etat islamique, Sputnik, Pentagone, Daech, James Mattis, Ali Musawin, Donald Trump, Iran, États-Unis, Erbil, Mossoul, Russie, Irak, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook