International
URL courte
651059
S'abonner

Jérusalem est la capitale d’Israël et l’Autorité palestinienne doit reconnaître cette «réalité» si elle aspire à la paix, d’après Benjamin Netanyahou, en visite en France.

Plus tôt les Palestiniens reconnaissent Jérusalem comme capitale d’Israël, plus tôt il y aura la paix, a déclaré dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, lors d’une rencontre avec le Président français Emmanuel Macron à Paris.

«Si le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas veut la paix, qu’il vienne s’asseoir pour négocier avec Israël», a indiqué M.Netanyahou, lors d'une conférence de presse conjointe à l'Élysée.

M.Macron a pour sa part appelé Israël à «faire des gestes courageux envers les Palestiniens pour sortir de l’impasse actuelle» avant d’estimer que la paix dépendait de la capacité des dirigeants israéliens et palestiniens à la rétablir.

Il a notamment évoqué un gel de la colonisation dans les territoires palestiniens occupés par Israël.

Dans le même temps, le Président Macron a condamné «toutes les formes d'attaques des dernières heures et jours contre Israël».

Le Président américain Donald Trump a annoncé le 6 décembre que les États-Unis reconnaissaient Jérusalem comme capitale d'Israël et que l'ambassade américaine y serait transférée de Tel Aviv. L'initiative a provoqué la colère du monde arabe et des émeutes dans les territoires palestiniens.

Le groupe islamiste Hamas, qui contrôle le bande de Gaza, a appelé le 7 décembre à une nouvelle intifada (soulèvement) après la décision du Président Trump. Des heurts entre manifestants et forces de sécurité israéliennes ont fait jeudi une trentaine de blessés dans les rangs palestiniens en Cisjordanie et à la frontière entre Israël et la bande de Gaza.

Plusieurs roquettes ont été tirées de la bande de Gaza contre Israël. Certaines sont tombées en territoire palestinien, une a visé la ville israélienne de Sdérot sans faire de victime. L'armée israélienne a riposté à ces tirs en menant des raids aériens contre des cibles à Gaza qui ont coûté la vie à deux membres de la branche armée du Hamas.


Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Tags:
négociations, paix, Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, Emmanuel Macron, Benjamin Netanyahou, Jérusalem, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook