International
URL courte
17780
S'abonner

Les Nord-Coréens peuvent acheter «tout ce qu'ils veulent» dans des boutiques privées qui sont ouvertes dans le pays, affirme un député communiste russe.

Les boutiques privées qui fonctionnent en Corée du Nord offrent à leurs clients «tout ce qu'ils veulent», a fait savoir le député de la Douma russe Kazbek Taïssaev après s'être rendu dans le pays communiste fin novembre.

«Des cafés, des restaurants et des magasins sont ouverts, et chacun peut y aller pour acheter tout ce qu'il veut. Ils ont légalisé l'ouverture de boutiques privées (…). Tout produit y est disponible», a affirmé le parlementaire dans un entretien publié sur le site du Parti communiste (KPRF).

Selon lui, la Corée du Nord fabrique ses propres ordinateurs, téléviseurs et téléphones portables. «Ils ont une communication mobile et un internet internes qu'ils utilisent», a fait savoir M.Taïssaev qui dirige le groupe d'amitié entre la Douma et le parlement nord-coréen.

Il a également noté que la Corée du Nord avait récemment créé de grands centres d'éducation où «plus de 3.000 ordinateurs fonctionnement en même temps».

Une délégation de députés russes avec Kazbek Taïssaiev à sa tête a effectué une visite à Pyongyang du 27 novembre au 1er décembre. Les parlementaires russes se sont notamment entretenus avec le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Sin Hong-chol et le vice-président du Comité central du Parti des travailleurs Ri Su-yong.

Lire aussi:

Invité à se rendre en Israël, le roi Mohammed VI aurait posé deux conditions à Netanyahou pour accepter
Cohn-Bendit dérape et compare Donald Trump à Hitler - vidéo
Jack Lang sur la signature d'une tribune pour décriminaliser la pédophilie: «C’était une connerie!»
Le FBI contrôle les militaires avant l'investiture de Joe Biden
Tags:
éducation, Internet, portable, magasin, informatique, Parti communiste russe (KPRF), Douma d'État, Parti des travailleurs de Corée (PTC), Ri Su-yong, Kazbek Taïssaev, Pyongyang, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook