International
URL courte
Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)
10805
S'abonner

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a déclaré que Vladimir Poutine avait visité la base aérienne de Hmeimim en Syrie à l'occasion du retrait prochain de la majeure partie du contingent militaire russe du pays.

Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe, a expliqué que Vladimir Poutine s'était rendu sur la base de déploiement des soldats russes en Syrie après que Moscou a pris la décision de retirer une importante partie de son contingent militaire du pays.

«C'est à l'occasion de l'annonce sur le début du retrait du contingent», a-t-il indiqué aux médias russes, répondant à la question de savoir pourquoi c'est précisément ce lundi que le Président avait effectué une visite en Syrie.

Évoquant les perspectives et les délais du retrait des militaires russes, Dmitri Peskov n'a pas précisé s'il serait achevé avant ou après le Nouvel An.

«C'est évident que cela ne se fera pas en un jour. Le Président a d'ailleurs indiqué que [la base aérienne, ndlr] Hmeimim resterait, tout comme la base de Tartous», a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, Vladimir Poutine a ordonné au ministre russe de la Défense et au chef d'état-major général de procéder au retrait du groupe des forces russes en Syrie. Il a également remercié les militaires russes pour leur victoire et leur a souhaité de regagner leur patrie et de retrouver leurs proches, soulignant que l'objectif de combattre les terroristes en Syrie avait été atteint avec succès.

Dossier:
Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)

Lire aussi:

Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Peut-être plus infectieux et plus résistant: qui est ce nouvel inconnu, le variant Lambda?
Ce pays pourrait rapidement devenir «un super-propagateur du Covid»
Tags:
contingent militaire, retrait, Nouvel An, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Hmeimim, Tartous, Moscou, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook