International
URL courte
444
S'abonner

Un politologue yéménite a déclaré à Sputnik que les parties en conflit au Yémen étaient sur le point d’aboutir à une solution négociée, mais, vu le manque de détermination et de pression, avaient finalement échoué, ce qui fait que le pays pourrait se retrouver entraîné dans une nouvelle guerre régionale.

Le politologue yéménite Abou Bakr Bazib a affirmé à Sputnik qu'après «le meurtre de l'ex-Président Ali Abdallah Saleh, les parties en conflit au Yémen étaient très proches d'une solution négociée. Toutefois, vu le manque de pression propre à garantir de tels développements efficaces, la situation est restée inchangée».

Il a indiqué que «tout de suite après la mort de l'ancien Président [yéménite, ndlr], Donald Trump avait reconnu Jérusalem en qualité de capitale d'Israël et avait décidé de transférer l'ambassade de son pays dans la ville. Ce qui a provoqué un grand retentissement dans le monde arabe. Pour le Yémen, les résultats risquent d'être très inquiétants ».

«Le pays pourrait se retrouver entraîné dans une nouvelle guerre dans la région», a poursuivi Abou Bakr Bazib qui estime que dans ce cas-là, les conséquences seraient horribles pour le Yémen, déjà épuisé par la guerre.

Un responsable du parti Hizb al-Haqq, Ahmed al-Bahri, a indiqué pour sa part à Sputnik que la coalition arabe n'avait d'autre choix que celui de cesser la guerre au Yémen.

«Les agresseurs ont réalisé que ni l'opération militaire, ni le blocus économique n'avaient porté leurs fruits. Tandis que la mort d'Ali Abdallah Saleh, leur dernier atout et projet, prouve que leur campagne au Yémen a échoué. Ils devront accepter la situation actuelle, cesser leur agression et chercher une solution négociée au conflit au Yémen», a-t-il dit.

Les Houthis ont annoncé le 4 décembre dernier avoir tué l'ancien président Ali Abdallah Saleh qui, d'allié des Houthis, était devenu leur adversaire en dénonçant leur volonté de marginaliser le pays. Il a tendu la main à l'Arabie saoudite, à la tête d'une coalition qui combat les rebelles depuis 2015. Au cours des 33 ans qu'il a passé au pouvoir, Saleh a combattu à plusieurs reprises contre des rebelles houthis Ansar Allah. Pourtant, après son retrait à la suite du «printemps arabe» en 2012, il a pris, en 2014, le parti des houthis dans un soulèvement contre le nouveau gouvernement du Président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Tags:
guerre, Sputnik, Abd Rabbo Mansour Hadi, Donald Trump, Ali Abdallah Saleh, Arabie Saoudite, Israël, Jérusalem, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook