International
URL courte
Sous-marin disparu en Argentine (50)
20548
S'abonner

Alors que les opérations de recherches du sous-marin argentin San Juan, disparu le 15 novembre au large de l’Atlantique, se poursuivent toujours, la Marine argentine a annoncé d’avoir découvert deux objets dans la zone des recherches, dont un navire coulé.

Deux objets trouvés dans la zone où aurait disparu le sous-marin argentin ARA San Juan ont été analysés par le navire américain «Atlantis» muni d'équipements de pointe, a communiqué la Marine argentine.

Le premier objet, repéré à une profondeur de 650 mètres, est une pierre d'un mètre de long.

Quant au deuxième objet, il a été découvert à une profondeur de 139 mètres a été identifié par le navire britannique HMS Protector comme étant un navire coulé.

Le 15 novembre, le commandement de la Marine argentine a perdu le contact avec le sous-marin diesel-électrique ARA San Juan. Il avait quitté le port d'Ushuaia avant de mettre le cap sur Mar del Plata, à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires.

44 personnes se trouvaient à bord du sous-marin au lieu des 37 prévues normalement. Les sept personnes «en trop» n'étaient pas des sous-mariniers. On y trouvait notamment deux plongeurs-démineurs du Groupement de plongeurs tactiques (Buzos Tacticos) des forces spéciales de la Marine argentine et la première femme d'Argentine et d'Amérique latine officier sous-marinier, Eliana Maria Krawczyk, âgée de 35 ans, connue dans son pays comme la «reine des mers».

Dossier:
Sous-marin disparu en Argentine (50)

Lire aussi:

L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Un élu centriste de Paris explique le lynchage de Yuriy par l’impossibilité d’«aller au sport»
Agression de Yuriy à Paris: sa mère donne de ses nouvelles - photo
Une septuagénaire affirme avoir été tabassée pour avoir photographié un resto ouvert en plein couvre-feu - photo choc
Tags:
recherche, découverte, navires, sous-marins, ARA San Juan (sous-marin), Argentine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook