International
URL courte
Situation au Yémen (2017) (67)
0 04
S'abonner

Après deux semaines de captivité, quatre journalistes blessés par les rebelles Houthis sont décédés. Le sort des autres journalistes détenus en otage, dont un pigiste de Sputnik, demeure inconnu, d’après le ministre yéménite de l’Information Moammar al-Eryani.

Quatre des 41 journalistes pris en otage par des insurgés Houthis le 2 décembre à Sanaa, ont succombé à leurs blessures, les autres ont été transférés dans un lieu non déterminé, a annoncé mercredi le ministre du gouvernement loyaliste yéménite installé à Aden, Moammar al-Eryani.

«Nous avons reçu la confirmation de la mort de quatre journalistes blessés pendant l’assaut donné par les Houthis au siège de la chaîne de télévision Yemen Today», a indiqué M.al-Eryani sur Twitter sans préciser les noms des journalistes.

​Selon lui, les blessés n’ont pas reçu d’aide médicale.

«Les Houthis ont transféré les journalistes de Yemen Today détenus en otage dans un lieu inconnu. Il n’est pas exclu qu’ils se préparent à les exécuter», a ajouté le ministre.

​Il a rappelé que les otages n’avaient pas d’armes et qu’il n’y avait aucune raison de les détenir en otage ou de les tuer.

M.al-Eryani a appelé le syndicat des journalistes arabes et d’autres organisations internationales, ainsi que l’envoyé spécial de l’Onu pour le Yémen à exercer des pressions sur les Houthis pour obtenir la libération de ces journalistes.

​Les insurgés Houthis ont investi le 2 décembre dernier le centre de télévision à Sanaa où se trouve, entre autres, le siège de la chaîne Yemen Today réputée être proche du parti de l'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh. Ils ont pris en otages 41 journalistes, dont un pigiste de Sputnik qui travaillait pour cette chaîne. 

Halima Jahaf, membre du bureau politique du mouvement houthi Ansar Allah, a affirmé à Sputnik que les otages seraient libérés à l'issue d'une enquête. Mais le pigiste de Sputnik n’a plus donné signe de vie depuis le 5 décembre, d’après son épouse.

La chaîne Yemen Today est réputée proche du Congrès populaire général (parti de l'ex-Président yéménite) qui a appelé les habitants à défendre le pays contre son récent allié, le mouvement houthi Ansar Allah. Elle a diffusé un discours d'Ali Abdallah Saleh dans lequel il appelait à un soulèvement contre les Houthis et interdisait aux militaires qui lui étaient restés fidèles d'obtempérer à leurs ordres. Ali Abdallah Saleh a trouvé la mort le 4 décembre, lors d'un échange de tirs avec les insurgés.

Dossier:
Situation au Yémen (2017) (67)

Lire aussi:

Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
«Si Sarkozy soutient Macron pour 2022, il ne faudra pas se demander à qui Marine Le Pen doit son élection», dit Buisson
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Projet d'attentat d'un groupe néonazi: trois suspects mis en examen et écroués
Tags:
journalistes, morts, Houthis, otage, Yemen Today, Sputnik, Moammar al-Eryani, Sanaa, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook