International
URL courte
0 130
S'abonner

Le point de passage de Rafah, entre l'Égypte et la bande de Gaza, a été rouvert ce samedi pour quatre jours. Il s’agit de sa deuxième réouverture depuis la conclusion de l’accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah.

L'Égypte a ouvert samedi 16 décembre sa frontière avec la bande de Gaza et ce pour une durée de quatre jours, indique le portail d'information Youm7.

Comme le précise la presse locale, le premier convoi a déjà quitté ce samedi le sol de la bande de Gaza en direction de l'Égypte. D'après les informations disponibles, le passage via le point frontalier fonctionne dans les deux sens. Toutefois, la traversée vers l'Égypte s'effectue sur une liste qui comporte les noms des personnes nécessitant une aide médicale, ainsi que ceux des étudiants inscrits dans les établissements éducatifs situés en dehors de l'enclave palestinienne.

Comme le pointe l'AFP, se référant au ministère gazaoui de l'Intérieur, près de 20.000 habitants de ce territoire ont demandé à entrer en Égypte, beaucoup plus que le nombre de personnes qui peuvent traverser pendant les brèves ouvertures.

Pour quelque 1,8 million de Gazaouis, le passage de Rafah reste la seule porte vers l'extérieur. Toutefois, ce point ne rouvre pas régulièrement. Pour rappel, l'Égypte avait ouvert la frontière pendant trois jours le mois dernier, la première fois depuis l'accord de réconciliation passé à la mi-octobre entre le Fatah et le Hamas, les deux principaux mouvements palestiniens. Avant cela, le passage a été ouvert seulement 14 jours cette année, selon le ministère de l'Intérieur du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
L’acte 62 des Gilets jaunes se poursuit dans la soirée à Paris
Tags:
passage frontalier, ouverture, Hamas, Gaza, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik