Ecoutez Radio Sputnik
    Les USA

    Un petit nouveau sur la liste des menaces pour les USA ou une impression de déjà vu?

    CC0
    International
    URL courte
    10142

    Par tradition, le Council on Foreign Relations a établi la liste des principales menaces pour les États-Unis en 2018. Il y a du nouveau par rapport à cette année, notamment l’apparition des Balkans. On ne doit pas sous-évaluer l’importance de cette région pour l’Amérique, a indiqué à Sputnik un politologue serbe.

    Dans les deux premières catégories de menaces, le Council on Foreign Relations a classé la Corée du Nord, la Syrie, l'Afghanistan, les relations Russie-Otan et l'Ukraine. Il a placé dans la troisième catégorie, de façon plutôt inattendue, les Balkans aux côtés de la Libye, du Soudan-Sud et du Zimbabwe.

    Les Balkans ont été et restent une zone de confrontation entre les intérêts des principales puissances mondiales, surtout après que la Chine s'y est également installée, a expliqué à Sputnik Milomir Stepic, de l'Institut d'études politiques de Belgrade.

    «Personne ne se retire des Balkans, alors que de nouveaux acteurs y apparaissent. […] Il est tout à fait naturel que l'Amérique tient à y garder ses positions dominantes, sinon ses positions en Méditerranée orientale, en mer Noire et sur l'ensemble du sud de l'Europe risqueront d'être remises en doute», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que les relations des États-Unis avec la Turquie s'étaient notablement dégradées, alors qu'Ankara influait beaucoup sur la stabilité dans les Balkans et au Proche-Orient, tout en contrôlant les détroits du Bosphore et des Dardanelles, figurant parmi les «points géopolitiques» clés de la région. La Russie veut elle aussi être présente dans les Balkans, ce qui ne manque pas d'inquiéter les Américains.

    «Dans les Balkans, les États-Unis ont laissé tant de foyers potentiellement explosifs que même un petit conflit local peut facilement dégénérer en un grand conflit et s'étendre sur l'ensemble de la région. Dans une telle situation, Washington ne tardera pas à y dépêcher ses intermédiaires pour en finir avec le chaos et pour évidemment s'y installer de nouveau solidement», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    Les USA invitent la Serbie à «choisir entre deux chaises»
    Face aux «déclarations arrogantes» de l’UE, Lavrov remet les points sur les i
    Macron ne veut pas des Balkans dans l'UE, mais leur interdit d'aller voir ailleurs
    Tags:
    confrontation, puissance, menaces, chaos, conflit, OTAN, Sputnik, CFR (Council on Foreign Relations), Milomir Stepic, Proche-Orient, Chine, mer Noire, Méditerranée, Dardanelles, Bosphore, Belgrade, Libye, Soudan du Sud, Corée du Nord, Zimbabwe, Turquie, Russie, Balkans, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik