International
URL courte
Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)
10611
S'abonner

Lors de sa récente visite sur la base aérienne de Hmeimim, le Président russe Vladimir Poutine a annoncé le début du retrait des militaires russes de Syrie, ce qui marque la fin de la guerre contre le terrorisme dans ce pays, ont estimé des experts syriens dans un entretien accordé à Sputnik.

En visite sur la base aérienne de Hmeimim, Vladimir Poutine a prévenu les terroristes et leurs chefs qu'en dépit du retrait des forces de Syrie, la Russie restait prête à revenir à tout moment si ces derniers reprenaient leurs activités dans le pays, ont retenu les interlocuteurs de Sputnik.

«La base de Hmeimim montre explicitement à la région et au monde que Moscou ne lâche pas ses alliés en difficulté. […] Le Président Poutine a promis que les forces russes porteraient des frappes foudroyantes contre les terroristes si ces derniers revenaient», a déclaré le politologue Timur Dwidar.

Et de rappeler que, selon certains, Vladimir Poutine faisait ces déclarations dans le cadre de sa campagne électorale.

«Je le rejette catégoriquement. Il est actuellement très populaire et n'a pas besoin d'artifices de ce genre. Il n'y a tout simplement pas en Russie de personne qui puisse rivaliser en popularité avec Vladimir Poutine», a expliqué le politologue.

Et de conclure que le Président russe avait tenu sa parole, venant en aide à la Syrie.

«La visite de Vladimir Poutine sur la base de Hmeimim et sa rencontre avec le Président syrien Bachar el-Assad ont constitué un important message politique et militaire qui a mis fin aux palabres sur une imminente grande guerre au Proche-Orient», a enchaîné un autre interlocuteur de Sputnik le député syrien Muhannad al Haj, commandant du premier bataillon dans la brigade «al-Baas».

Et de résumer que le retrait des forces russes de Syrie, c'était aussi un défi lancer aux États-Unis qui déployaient toujours leurs militaires à al-Tanf et sur la rive est de l'Euphrate.

Dossier:
Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)

Lire aussi:

Un ouvrier décapité par une pelleteuse sur un chantier près de Rouen, à une semaine de la retraite
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Tags:
base aérienne, message, retrait, terrorisme, guerre, Sputnik, Timur Dwidar, Muhannad al Haj Ali, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Euphrate, Hmeimim, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook