International
URL courte
15126
S'abonner

Malgré de nombreux conflits qui se poursuivent sur la planète, la situation dans le monde semble moins alarmante qu'avant le début de la Seconde Guerre mondiale, estime le chef du Comité militaire de l'Otan.

La situation internationale n'est pas si dégradée aujourd'hui qu'avant l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, estime le président du Comité militaire de l'Alliance atlantique Petr Pavel.

«En dépit des dangers très sérieux et des nombreux conflits auxquels nous sommes actuellement confrontés, je pense que la situation n'est pas aussi mauvaise qu'avant la Seconde Guerre mondiale», a déclaré M.Pavel dans une interview accordée au quotidien estonien Postimees.

Le haut responsable otanien a également jugé possible une éventuelle amélioration des rapports entre l'Alliance et Moscou.

«Je crois toujours à l'amélioration de la situation. Qu'est-ce qu'il faut faire pour y arriver? La Russie doit agir en conformité avec les exigences internationales et cesser de régler ses affaires par la force», a-t-il souligné.

Selon lui, cela devrait permettre de «restaurer une partie de la confiance perdue au fil de ces dernières années».

Dans le sillage du conflit qui affecte le sud-est de l'Ukraine, l'Otan avait suspendu sa coopération civile et militaire avec la Russie. En juillet 2016, les deux parties ont repris leur dialogue diplomatique dans le cadre du Conseil Otan-Russie.

Dans le même temps, l'Alliance atlantique a donné son feu vert au déploiement, à partir de 2017, de quatre bataillons multinationaux dans les pays baltes ainsi qu'en Pologne.

Lire aussi:

Plusieurs milliards de numéros d’utilisateurs de Clubhouse en vente sur le Darknet
Les principales mesures du projet de loi définitivement adopté
Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en baisse en France
Macron répond aux antivax, «irresponsables» et «égoïstes»  
Tags:
situation mondiale, conflit, relations, coopération, crise en Ukraine, Seconde Guerre mondiale, Conseil Russie-Otan, OTAN, Petr Pavel, pays baltes, Pologne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook