International
URL courte
15502
S'abonner

Les États-Unis doivent abandonner leur politique hostile à l’égard de la Corée du Nord et mener avec elle «une coexistence paisible» comme avec tout pays possédant son propre arsenal nucléaire, rapporte le journal du Parti du travail de Corée, le Rodong Sinmun.

Washington doit cesser sa politique hostile à l'encontre de Pyongyang et mener avec la Corée du Nord «une coexistence paisible» comme avec tout pays possédant son propre arsenal nucléaire, écrit le quotidien Rodong Sinmun, le journal officiel du Parti du travail de Corée, dans l'article «Notre dissuasion nucléaire ne peut pas faire l'objet de marchandage».

Il est également indiqué que la Corée du Nord n'est pas intéressée par des négociations avec les États-Unis, «devenus un bouc émissaire de la communauté internationale».

«Tant que nous ne nous débarrasserons pas des problèmes fondamentaux, tels que la politique hostile des États-Unis et la menace nucléaire qu'ils annoncent, nous ne négocierons pas sur les questions relative à nos programmes balistiques et nucléaires», relate l'article, soulignant que Pyongyang a besoin d'armes nucléaires pour protéger sa souveraineté et la survie de son peuple.

Comme l'indique l'article, le secrétaire d'État des États-Unis, Rex Tillerson, essaie de remettre sur la Corée du Nord la responsabilité de l'aggravation de la situation sur la péninsule coréenne.

«Nous pouvons le voir uniquement comme une tentative de poser les fondements pour manipuler le Conseil de sécurité de l'Onu afin d'adopter de nouvelles résolutions sur les sanctions», conclu l'article.

Auparavant, Rex Tillerson a souligné que les États-Unis ne cherchaient pas et ne voulaient pas de guerre avec la Corée du Nord, en restant attachés aux moyens diplomatiques de la résolution de cette crise. En même temps, il n'a pas exclu que la défense du pays contre l'agression de Pyongyang pourrait exiger de prendre d'autres mesures, y compris militaires.

Les tensions autour de la péninsule coréenne sont montées d'un cran après que la Corée du Nord a procédé fin novembre à un nouveau tir de missile balistique. Les États-Unis et la Corée du Sud ont, à leur tour, lancé des exercices militaires d'envergure.

Lire aussi:

Un maire annonce un reconfinement de cinq semaines avant de faire marche arrière - vidéo
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Le frère d’un des émeutiers du Capitole avait dirigé le service de sécurité de Michelle Obama
Deuxième nuit d'émeutes aux Pays-Bas après l'imposition du couvre-feu - images
Tags:
négociations, programme balistique, pressions, nucléaire coréen, médias, Rex Tillerson, États-Unis, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook