Ecoutez Radio Sputnik
    Nikki Haley

    L'Iran convoque l'ambassadeur suisse en raison des déclarations US

    © AFP 2018 Jewel SAMAD
    International
    URL courte
    34702

    L'ambassadeur suisse à Téhéran, chargé de représenter les intérêts américains, a reçu un message de «protestation ferme» après les accusations lancées par l'ambassadrice américaine à l'Onu, Nikki Haley.

    Les autorités iraniennes ont convoqué l'ambassadeur de Suisse à Téhéran pour condamner les propos «irresponsables» de la représentante permanente des États-Unis à l'Onu, Nikki Haley, qui avait accusé la République islamique d'avoir fourni le missile tiré début novembre du Yémen sur l'Arabie saoudite.

    L'ambassade de Suisse représente les intérêts américains à Téhéran, où Washington n'a plus de mission diplomatique depuis 1980.

    «Une protestation ferme aux propos sans fondement et provocateurs a été remise à l'ambassadeur de Suisse», a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Bahram Ghassemi cité par l'agence Tasnim.

    La semaine dernière, l'ambassadrice américaine à l'Onu avait présenté des fragments provenant, d'après elle, d'armes iraniennes fournies par Téhéran aux insurgés Houthis au Yémen. Pour Mme Haley, il s'agit d'une preuve attestant que Téhéran viole les résolutions des Nations unies qui lui interdisent de fournir, de vendre et de transférer des armes à des pays tiers sans approbation de l'Onu.

    Le 4 novembre, un missile tiré depuis le territoire yéménite avait été intercepté au-dessus de la capitale saoudienne Riyad. Le tir a été revendiqué par les Houthis, après quoi la coalition militaire sous commandement saoudien a accusé l'Iran d'être derrière des transferts d'armes aux insurgés et le lancement du missile sur Riyad.

    Lire aussi:

    Tir de missile houthi: Téhéran rejette les «allégations provocatrices» de Riyad
    Rohani sur l'Arabie saoudite: «ils veulent masquer leurs défaites»
    Pour Téhéran, Londres est responsable des crimes de guerre au Yémen
    Tags:
    Houthis, tir de missiles, diplomatie, protestations, accusations, ONU, Bahram Ghassemi, Nikki Haley, Arabie Saoudite, Suisse, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik