International
URL courte
1130
S'abonner

Le ministère russe des Affaires étrangères considère comme regrettable l'esprit de confrontation qui marque la nouvelle stratégie américaine de sécurité nationale.

La nouvelle stratégie américaine de sécurité nationale dont les grandes lignes ont été dévoilées la veille par Donald Trump favorise la confrontation et non la coopération constructive, estime le ministère russe des Affaires étrangères.

«C'est avec regret que nous percevons l'esprit de confrontation dans la nouvelle stratégie de sécurité nationale des États-Unis dévoilée le 18 décembre. Son message clé, à savoir «la paix par la force», ne mise pas sur une coopération constructive sur un pied d'égalité avec d'autres pays (…), mais sur la confrontation», a déclaré le ministère dans un communiqué.

Selon Moscou, le contenu du document témoigne de l'aspiration de Washington à «maintenir à tout prix la domination américaine qui s'est nettement affaiblie sur la scène internationale».

Lundi, Donald Trump avait présenté les grandes lignes de la nouvelle stratégie de sécurité nationale américaine. D'après ce document, la Russie et la Chine «défient la puissance, l'influence et les intérêts» des États-Unis et cherchent à saper leur «sécurité et prospérité».

La porte-parole de la diplomatie chinoise Hua Chunying a en réponse reproché à Washington de s'accrocher aux concepts datant de l'époque de la guerre froide.

Lire aussi:

Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Un policier brûlé au 2e degré dans le 94 après que des assaillants ont posé un mortier dans sa voiture - vidéo
Tags:
réaction, confrontation, Stratégie de sécurité nationale (Etats-Unis), sécurité, ministère russe des Affaires étrangères, Donald Trump, Hua Chunying, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook