Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Emmanuel Macron

    Moscou et Paris: quand l’économie rattrape les relations politiques

    © REUTERS / Stephane De Sakutin/Pool
    International
    URL courte
    Kirill Latypov
    15521

    Moscou et Paris réussissent à maintenir des relations économiques constructives, malgré le climat politique froid entre la Russie et l’Occident. Les nombreux contacts des deux pays en 2017 et la visite du ministre français de l’Économie et des Finances à Moscou font espérer que cette base influencera positivement la dimension politique.

    Malgré la crise dans les relations entre la Russie et l'Occident et les tensions géopolitiques, Moscou et Paris réussissent à conserver un agenda économique positif. Cette année riche en évènements de différents niveaux dans ce domaine confirme cette dynamique.

    Un début prometteur

    L'année 2017 a commencé avec des chiffres économiques positifs. Selon le ministère russe du Développement économique, à l'issue de 2016, le commerce franco-russe a augmenté de 14,4% à 13,3 milliards de dollars (11,27 milliards d'euros). Cela étant, cet indicateur est inférieur à 2011. Les investissements français en Russie étaient de 12,8 milliards de dollars (9,9 mds EUR) et ceux de la Russie en France étaient à un niveau de 2,8 milliards de dollars (2,37 mds EUR).

    En mars 2017, le ministre russe du Développement économique Maxime Orechkin s'est rendu en France pour rencontrer son homologue français Michel Sapin et des représentants des milieux d'affaires français dans le cadre de la 22e édition du Conseil économique, financier, industriel et commercial franco-russe (CEFIC). À Paris, M.Orechkin a caractérisé le début de 2017 comme la période la plus optimale pour investir en Russie à cause de l'apparition de tendances positives dans l'économie russe.

    Maksim Orechkine: des entreprises qui invertissent en Russie sont en très bonne position
    © Sputnik . Grigory Sisoev
    Maksim Orechkine: des entreprises qui invertissent en Russie sont en très bonne position

    «En fait, une nouvelle vague de croissance économique commence en Russie maintenant, donc, des entreprises qui ont investi [en Russie, ndlr] ces dernières années seront en très bonne position parce qu'elles y sont prêtes», a-t-il expliqué.

    Des représentants du monde des affaires français ont à leur tour indiqué que la politique macroéconomique russe avait permis de répondre de manière efficace aux défis de la crise économique, réduire l'inflation et maintenir la stabilité économique en général.

    Un été fructueux

    D'autres évènements significatifs du dossier économique franco-russe ont eu lieu au début de l'été en marge du Forum économique de Saint-Pétersbourg 2017 (SPIEF), juste après la rencontre entre les Présidents Poutine et Macron à Versailles en mai. Près de 80 sociétés françaises ont pris part au forum. Lors du SPIEF, la société Sanofi a annoncé le début de l'exportation d'insuline produite en Russie.

    «C'est une tendance de ces dernières années. Les entreprises qui ont localisé leur production en Russie commencent à exporter leurs produits comme ils deviennent compétitifs», a souligné Maxime Orechkin.

    Plus de 80 sociétés françaises ont pris part au SPIEF 2017
    © Sputnik . Ilja Pitalew
    Plus de 80 sociétés françaises ont pris part au SPIEF 2017

    Sa visite suivante dans l'Hexagone en août s'est faite dans un contexte de tendances économiques positives. M.Orechkin a hautement évalué l'intérêt stable des entreprises françaises pour la Russie et a commenté les nouvelles sanctions américaines imposées cet été.

    «Cette situation a une très faible influence sur la relation entre la Russie et l'Europe, on peut dire que les partenaires européens entendent investir activement et développer leur business en Russie», a déclaré le ministre russe.

    Il a aussi souligné l'augmentation des liens économiques avec des sociétés françaises au niveau régional.

    «Aujourd'hui, plus de 30 régions russes travaillent activement avec le monde des affaires français», a ajouté M.Orechkin.

    Mais la partie russe n'est pas la seule à évaluer positivement le progrès dans la dimension économique des relations franco-russes. Au mois d'octobre, au cours des Rencontres Russie 2017 organisées sous l'égide de Business France à Paris, l'ambassadrice française à Moscou Sylvie Bermann a indiqué que la relance de l'économie russe après la crise était encourageante et qu'aucune entreprise française travaillant en Russie depuis longtemps n'était sortie de ce marché.

    Quant à l'incarnation pratique de cette rhétorique encourageante, elle est représentée par plusieurs projets avec la participation française réalisés en Russie, dont le meilleur exemple est Yamal LNG, l'usine de liquéfaction dans le Grand nord russe. Le français Total possède 20% de cette entreprise dont la capacité de production est de 16,5 millions de tonnes de gaz par an. Le russe Novatek, le chinois CNPC et le Fonds de la Route de la soie ont respectivement 50,1%, 20% et 9,9%.

    La première ligne de cette usine a été officiellement lancée le 5 décembre. Trois jours après, le Christophe de Margerie, le premier des 15 super-méthaniers brise-glace de ce projet, est parti du port de Sabetta en présence du Président russe et de l'actuel PDG de Total, Patrick Pouyanné.

    Un pont vers l'avenir

    La visite du ministre français de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, les 18 et 19 décembre à Moscou est devenue une sorte de résumé du calendrier économique franco-russe de l'année 2017. Le ministre français a rencontré plusieurs hauts fonctionnaires russes, mais l'évènement central de sa visite est son entretien avec son homologue, Maxim Orechkin, en marge de la 23e session du CEFIC.

    À l'issue de la rencontre, les deux ministres ont signé des accords interministériels sur le soutien de petites et moyennes entreprises et sur la coopération dans le domaine des innovations. En plus, une dizaine d'accords dans différents domaines ont été signés par des entreprises et organisations privées.

    Bruno Le Maire regarde l'avenir des Relations franco-russes avec optimisme
    © AFP 2018 ludovic MARIN
    Bruno Le Maire regarde l'avenir des Relations franco-russes avec optimisme

    Les ministres ont hautement évalué les résultats et les perspectives de la coopération économique franco-russe. Le niveau du commerce entre les deux pays a augmenté de 11% cette année, selon le ministre russe.

    «Ce CEFIC, c'était vraiment un succès, on a discuté de plusieurs questions d'intérêt mutuel. Il est à dire que l'année 2017 était une année particulière pour les relations franco-russes car ces relations fêtaient leurs 300 ans. Il y a 300 ans, Pierre Le Grand est venu en France et voilà aujourd'hui on voit que ces relations se développent», a indiqué M.Orechkin.

    Selon lui, le succès des groupes de travail et des accords et documents signés sont un résultat important de cette édition.

    Quant au ministre français, il s'est focalisé sur l'élargissement de domaines de la coopération, des branches traditionnelles du spatial, de l'aéronautique, de l'énergie vers un nouveau champ de coopération sur les énergies renouvelables. Il a reconnu l'important rôle de la rencontre de mai entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron.

    «Cette deuxième édition du CEFIC a été un succès qui s'inscrit dans une nouvelle impulsion qui a été donnée aux relations entre la France et la Russie par le Président de la République quand il a accueilli le Président Vladimir Poutine à Versailles en mai dernier», a souligné M.Le Maire.

    Les ministres estiment que la session à Moscou est devenue un pont entre la rencontre présidentielle de Versailles et la visite future du Président français en Russie en 2018.

    Lire aussi:

    La «fenêtre d’opportunités» franco-russes restera-t-elle ouverte en 2018?
    Entre l’Ours et le Coq: quelle place pour Paris lors du nouveau mandat de Poutine?
    PDG de Total à Saint-Pétersbourg: en Russie, «pour construire les ponts et non les murs»
    Tags:
    relations bilatérales, président, ministre, coopération, commerce, politique, investissements, économie, ministère russe du Développement économique, Conseil russo-français aux problèmes économiques, financiers, industriels et commerciaux (CEFIC), CNPC, Novatek, Total, Maxim Oreshkin, Sylvie Bermann, Bruno Le Maire, Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, Versailles, Iamal, Occident, Saint-Pétersbourg, Moscou, Paris, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik