Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Syrie: Macron projette ses ambitions, el-Assad les rejette

    © Sputnik. Alexei Vitvitsky
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    941544

    Emmanuel Macron affirme avoir «déployé beaucoup d’énergie pour revenir dans le jeu diplomatique» sur le dossier syrien. Son but: replacer la France au cœur des pourparlers de paix. Pourtant, vouloir à la fois «juger» Assad et «parler avec lui» risque de le disqualifier pour de bon, comme l’a aussitôt martelé Bachar el-Assad.

    Emmanuel Macron veut redonner à la diplomatie française son importance au Moyen-Orient en s'attaquant au dossier syrien. Critique envers la politique menée sous François Hollande, il a exposé, lors de son interview du 17 décembre sur France 2, les fondements de sa stratégie en Syrie.

    Son discours tient en deux axes: «Bachar est l'ennemi», «il doit répondre de ses crimes» et en même temps, Emmanuel Macron affirme que le Président syrien «sera présent» lors des pourparlers de paix et qu'«il faut parler avec lui». Cette position d'équilibriste trace une relative continuité avec le quinquennat Hollande, tout en ouvrant la voie à une potentielle rupture.

    Inutile de dire que ce double discours ne convainc pas Damas et a peu de chances d'avoir un écho auprès de ses alliés russe et iranien.

    Le Président de la République, affirmant l'enlisement des discussions censées mener à une sortie de crise politique, a évoqué la volonté de Paris de structurer le dialogue entre le régime syrien et la totalité de l'opposition. S'il est vrai que le groupe de Genève piétine depuis son lancement, les pourparlers d'Astana, regroupant le gouvernement syrien, l'opposition, ainsi que la Russie, l'Iran et la Turquie, ont permis de réelles avancées. Un processus d'Astana auquel ses parrains associent de plus en plus l'ONU, histoire de renforcer sa légitimité. Un contexte qui fait douter de la pertinence de l'initiative de M. Macron.

    Il ne donne d'ailleurs que peu de détail quant au «processus» qu'il souhaite voir émerger en 2018, si ce n'est qu'il souhaite inviter à la table des négociations «l'ensemble de l'opposition syrienne», incluant de fait les Syriens émigrés et réfugiés à l'étranger, ainsi que les représentants de Bachar el-Assad. Pourtant, la volonté affichée d'Emmanuel Macron de voir son homologue syrien «répondre de ses crimes devant la justice internationale» est incompatible avec ses ambitions en termes de realpolitik au Moyen-Orient et la réaction du Président Assad ne s'est pas fait attendre.

    Dès le 18 décembre, ce dernier a vivement écarté l'hypothèse d'une médiation française, arguant que la France avait été «le fer-de-lance du soutien au terrorisme» en Syrie et que, son rôle «n'ayant pas fondamentalement changé», elle n'était pas compétente pour servir de médiateur.

    Bachar al-Assad
    © Sputnik. Press-service of Syrian President Bashar al-Assad
    Bachar el-Assad, ajoutant que la France avait «le sang des Syriens sur les mains», a définitivement rejeté la possibilité que Paris dirige un groupe de contact pour la résolution du conflit qui enflamme le pays depuis presque sept ans. Il a déclaré à ce propos que les Français «ne sont pas en mesure d'appeler à une conférence de paix». Les ambitions d'Emmanuel Macron se heurtent donc à la réalité syrienne.

    Lorsqu'il évoque l'avenir de la Syrie, le Président français estime que l'idéal serait de voir apparaître un modèle proche du Liban, qu'il décrit comme le seul «modèle religieux pluraliste réussi» de la région. Pourtant, l'Histoire moderne de la «Suisse du Moyen-Orient» a été pour le moins agitée, même si l'on ne prend en considération que ses seuls facteurs internes. Il est, dans ce contexte, intéressant de se demander comment le développement et la reconstruction du pays seraient possibles à court terme si Bachar el-Assad venait à quitter le pouvoir.

    Lire aussi:

    Influence française en Syrie: les illusions perdues de Macron
    Les USA n'envisageraient pas de laisser passer l'armée syrienne au nord de la Syrie
    Bachar el-Assad s'est rendu en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine
    Tags:
    Emmanuel Macron, Bachar el-Assad, François Hollande, Proche-Orient, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik