International
URL courte
Par
23158
S'abonner

Alors que l’accord sur le nucléaire iranien est remis en cause par les Américains, ceux-ci entament des pourparlers avec l’Arabie Saoudite pour permettre aux entreprises américaines de participer à son programme nucléaire naissant... Pourquoi le pays de l’or noir se met-il au nucléaire? Ce choix ne risque-t-il pas de jeter de l’huile sur le feu?

Après l'Iran, l'Arabie saoudite? Le royaume pourrait bien être le second pays de la région à développer une filière nucléaire civile. D'ici quelques semaines, Ryad entamera des pourparlers avec Washington dans le but de mettre en place un accord permettant aux entreprises américaines de participer à son programme nucléaire civil. Une «confirmation de ces orientations», selon Francis Perrin, directeur de recherche à l'Iris et expert en énergie:

«Le royaume avait déjà annoncé il y a plusieurs années qu'il se préparait en vue de l'option nucléaire et le lancement probable d'un premier appel d'offres en 2018.»

Mais pourquoi ce pays, célèbre pour ses réserves d'or noir éprouve-t-il le besoin de se lancer dans le nucléaire? Francis Perrin détaille ses multiples objectifs:

«Diversifier son économie, ce qui est la priorité de la Vision économique 2030 promue par le prince héritier Mohamed Ben Salman», mais aussi répondre à une demande interne «en forte croissance pour consommer moins de pétrole dans ses centrales électriques et garder le pétrole pour le secteur des transports, pour la pétrochimie et pour l'exportation», une diversification du mix énergétique qui se fera «grâce au nucléaire, au gaz conventionnel et non conventionnel, aux énergies renouvelables, surtout le solaire.»

«Nous avons indiqué avec nos partenaires américains que nous avions l'intention de localiser toute la chaîne de valeur avec l'énergie nucléaire dans le Royaume d'Arabie saoudite», a déclaré le ministre de l'Énergie Khalid al-Falih à Reuters dans une interview publiée mercredi 20 décembre.

Un moyen également de tenir tête à son rival de toujours, l'Iran, dans un secteur qu'elle ne maîtrise absolument pas et dans lequel «la coopération internationale pour avancer sur cette voie» est indispensable. en effet,

«Téhéran a, jusqu'ici, un coup d'avance avec la centrale de Bushehr, qui est la seule en exploitation au Moyen-Orient actuellement».

Dès 2008, Barack Obama avait cherché avec l'Iran un accord permettant de mieux encadrer son programme nucléaire afin qu'il ne soit pas détourné à des fins militaires. Allemands, Anglais, Français, Chinois et Russes y sont parvenus en juillet 2015 à Vienne. Pourtant, en octobre dernier, le président Trump a refusé de certifier devant le Congrès que Téhéran respectait les termes de cet accord. Même si «les tensions sont très fortes sur tous les fronts entre l'Arabie Saoudite et l'Iran», cette volonté de se doter de la maîtrise de la puissance nucléaire ne «devrait pas déstabiliser plus la région qu'elle ne l'est actuellement», selon Francis Perrin.

Pourtant, il existe des rumeurs persistantes sur l'acquisition de l'arme nucléaire par l'Arabie Saoudite auprès du Pakistan, comme l'affirment par exemple cet analyste politique saoudien ou cet ancien responsable de la CIA, qui rendent inquiétantes les annonces de Ryad dans le domaine nucléaire. Mais Francis Perrin se montre catégorique:

«Aucun pays ne possède actuellement l'arme nucléaire au Moyen/Proche-Orient à l'exception d'Israël.»

d'ailleurs, pour le directeur de recherche à l'Iris, l'Arabie saoudite n'aurait pas intérêt à essayer de jouer sur les deux tableaux:

«Les garanties exigées de ceux qui veulent entrer dans le "club" du nucléaire civil sont très strictes et l'Arabie Saoudite le sait bien. Le choix nucléaire est pour le royaume un choix énergétique, industriel et économique important pour les raisons explicitées ci-dessus et le pays fera donc ce qu'il faut pour se conformer à ces exigences.»

Partenaire de toujours, la France aussi lorgne ce futur secteur prometteur:

«Du fait de leurs liens historiques et stratégiques avec l'Arabie Saoudite, les entreprises américaines sont certes bien placées, mais la France et d'autres pays potentiellement fournisseurs seront aussi dans la course. Au vu de l'ampleur des ambitions saoudiennes dans ce secteur sur le long terme, les jeux ne sont absolument pas faits.»

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Tags:
nucléaire, Riyad, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook