Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova, la porte parole de la diplomatie russe

    Médias russes en France: «Nous voyons se former un climat ouvertement hostile»

    © Sputnik . Eugeny Bijatov
    International
    URL courte
    53785

    Un climat d'hostilité est en train de se former autour des médias russes en France, a affirmé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

    Les activités des médias russes déployant leurs activités en France sont entravées par les autorités du pays et «ce n'est pas la première fois», a constaté Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

    «Nous voyons se former un climat ouvertement hostile aux ressources informationnelles russes», a-t-elle indiqué au cours d'une conférence de presse donnée jeudi.

    «Nous savons très bien d'où vient le message, directement de l'État en la personne du Président français. C'est évident. Toutes les explications fournies à ce sujet, notamment par canaux diplomatiques, se résument à une chose, à savoir la phrase que Monsieur (Emmanuel) Macron a prononcée après son investiture au sujet de Sputnik et RT. Il s'agit de la position du chef de l'exécutif de France à l'encontre des journalistes qui travaillent légalement dans le pays», a-t-elle noté.

    Elle a rappelé dans ce contexte l'appel à retirer sa licence à la chaîne de télévision RT France.

    «N'est-ce pas un exemple de grossière ingérence de l'État dans les activités des médias? Et encore une chose: la lettre de l'opinion exigeant de fermer le média et de l'empêcher d'émettre. Elle semble avoir été écrite sur commande. Sur quoi repose-t-elle? D'après son style et son esprit, sur cette même phrase du Président français», a-t-elle ajouté.

    Plusieurs personnalités publiques françaises se sont adressées dans les pages du quotidien Le Monde au président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), Olivier Schrameck, pour lui demander de retirer sa licence à RT France. Le tout dans le contexte des pressions que subit RT aux États-Unis après les accusations d'une prétendue ingérence dans la présidentielle américaine. Or, Margarita Simonian, rédactrice en chef de Sputnik et de RT, a plus d'une fois rejeté ces accusations.

    Lundi, bien qu'il ait rempli à temps toutes les formalités d'accréditation, un journaliste de Sputnik s'est vu refuser l'entrée du palais de l'Élysée, c'est-à-dire la veille du jour où le nouvel ambassadeur de Russie en France, Alexeï Mechkov, remettait ses lettres de créances au Président français Emmanuel Macron. Selon un document publié par l'Élysée, les journalistes peuvent observer l'arrivée des diplomates dans la cour de la résidence, même s'ils ne sont pas autorisés à assister à la cérémonie.

    Lors d'une conférence de presse en mai dernier, à l'issue d'une rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le Président français a déclaré que Sputnik et RT s'étaient «comportés comme des organes d'influence, de propagande et de propagande mensongère» sans toutefois fournir de preuves étayant ses propos.

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait alors dénoncé ces accusations dénuées de preuves. «Je pense que cette déclaration est le produit de la campagne antirusse déclenchée à l'époque de l'administration Obama qui, par inertie, s'est répandu dans d'autres pays, notamment en Europe», avait-t-il indiqué.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Un séisme de magnitude 6,9 a frappé le Japon, l'évacuation de la population en cours après une alerte au tsunami
    Téhéran répond aux déclarations des USA qui menacent l’Iran d’une guerre
    Tags:
    ingérence, médias, Sputnik, chaîne de télévision russe RT, Margarita Simonian, Barack Obama, Alexeï Mechkov, Olivier Schrameck, Emmanuel Macron, Maria Zakharova, Europe, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik