International
URL courte
Par
10332
S'abonner

Parmi d'autres richesses en quantité, les niches de la pétrochimie, gazochimie et carbochimie occupent une place particulière dans l'Extrême-Orient. Mikhaïl Slavkov de l'agence de la promotion des investissements et du soutien à l'export parle à Sputnik des investissements déjà en marche et des secteurs intéressants pour l'investisseur étranger.

Forêts, hydroressources, minéraux, or et or noir, pierres et métaux précieux, charbon, gaz — voici une liste non exhaustive des richesses que l'Extrême-Orient russe peut proposer à ceux qui souhaitent développer les industries de la région. Dans un entretien accordé à Sputnik, Mikhaïl Slavkov, directeur de l'investissement du secteur de la pétrochimie et gazochimie de l'agence d'Extrême-Orient de la promotion des investissements et du soutien à l'export, a parlé des sphères les plus attirantes pour les investisseurs étrangers.

Une plateforme du jeu des partenaires en Asie-Pacifique

«Globalement, il existe beaucoup d'industries dans l'Extrême-Orient que des étrangers font vraiment avancer, comme le secteur agricole. La Chine doit nourrir quelque 1.5 milliards de sa population, donc elle examine attentivement tous les projets alimentaires gravitant autour d'elle. De même, la Chine, le Japon, la Corée représentent des économies de hautes technologies et ont besoin des plastiques modernes, des polymères, de la fibre.»

Extrême-Orient russe
© Sputnik . Vitaliy Ankov
Extrême-Orient russe

Les trois pays importent annuellement des produits de la pétrochimie et de la gazochimie pour un montant de plus de 200 milliards de dollars. Mais si leurs intérêts pour la région sont déjà établis, d'autres pays devraient se dépêcher pour occuper les niches qui les intéressent.

«Pour le moment, l'engouement maximal provient des pays en Asie-Pacifique, car leurs économies évoluent rapidement, mais ils sont à court de matières premières. […] L'Europe, les États-Unis, le Proche-Orient sont à la traîne, risquent de manquer l'occasion».

La sphère de la chimie potentiellement gage de réussite pour les investisseurs européens

L'industrie suit plusieurs directions, dont la production du méthanol, des engrais minéraux, du gaz naturel liquéfié. Concernant les partenaires européens, voici dans quels projets la région extrême-orientale saluera leur participation:

«Ils s'intégreraient avec un succès maximal dans quelque chose de sophistiqué, des projets sophistiqués […] comme la chimie spéciale [la sphère de la chimie concernant les technologies et la production des systèmes d'énergie condensés comme ceux du combustible des missiles, ndlr]», a précisé M. Slavkov. «Ils sont sans aucun doute leaders en matière de technologie, bien que la Chine marche sur leurs talons. Ils peuvent introduire dans la région des compétences que personne ne possède.»

  • Exposition «Journées de l’Extrême-Orient» à Moscou: jouets de l’artisanat local
    Exposition «Journées de l’Extrême-Orient» à Moscou: jouets de l’artisanat local
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
  • Exposition «Journées de l’Extrême-Orient» à Moscou: produits de l’artisanat local
    Exposition «Journées de l’Extrême-Orient» à Moscou: produits de l’artisanat local
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
  • Exposition «Journées de l’Extrême-Orient» à Moscou
    Exposition «Journées de l’Extrême-Orient» à Moscou
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
  • Décorations de Noёl de l’artisanat local
    Décorations de Noёl de l’artisanat local
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
  • Arbre de Noёl
    Arbre de Noёl
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
  • Décorations de Noёl de l’artisanat local
    Décorations de Noёl de l’artisanat local
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
1 / 6
© Sputnik . Ekaterina Yanson
Exposition «Journées de l’Extrême-Orient» à Moscou: jouets de l’artisanat local

Pourquoi faut-il se hâter?

Dans quelque cinq ans, les sphères du traitement de la production à forte valeur ajoutée seront occupées par les entreprises chinoises, japonaises ou russes, est persuadé l'interlocuteur de Sputnik.

Actuellement, «on peut occuper les places et les niches qui prospéreront pendant 10, 15, 20 ans dans l'avenir, car les économies de l'Asie-Pacifique se développent et génèrent une demande gigantesque, donc la commercialisation est garantie, pour ainsi dire», a-t-il poursuivi. «Pour le moment, parmi les acteurs étrangers ce sont seulement les pays asiatiques, les autres risquent de ne pas arriver à temps et le ticket d'entrée coûtera beaucoup beaucoup plus cher.»

Par exemple, dans deux ou trois ans, il requerra déjà non pas 100 millions de dollars pour commencer un business dans l'Extrême-Orient comme c'est le cas aujourd'hui, mais déjà des milliards, a expliqué M. Slavkov.

Quant aux projets réussis jusqu'ici, Sakhalin Energy (la société russe spécialisée en production du pétrole et du gaz naturel liquéfié fondée en 1994, ndlr) où sont présentes des entreprises japonaises et américaines en est un bon exemple.

L'Extrême-Orient russe
© Sputnik . Aleksander Lyskin
L'Extrême-Orient russe

Le charbon russe à la conquête du marché asiatique

Un autre domaine où l'Extrême-Orient russe place de nombreux espoirs et fait beaucoup d'efforts est celui de la production de charbon. Anna Tsivileva, présidente du conseil d'administration de la société charbonnière Kolmar Sales and Logistics, compte rendre sa compagnie de plus en plus autonome. Ayant déjà ses propres laboratoires et infrastructures de transport et logistiques, Kolmar envisage de construire son propre port pour conquérir les marchés plus éloignés comme le marché indien.

Tandis que les pays asiatiques dépendent actuellement du charbon australien, ils souhaiteraient bien diversifier leurs importations en se tournant vers l'Extrême-Orient russe, a affirmé Mme Tsivileva, lors d'une intervention à une session-présentation des possibilités d'investissement lors des Journée de l'Extrême-Orient à Moscou.

«Si l'on juge d'après les principaux 10-15 critères, notre charbon dépassent largement celui fourni par l'Australie. Nous ne leur cédons que sur le critère de la résistance "chaude" [la résistance après avoir réagi avec le dioxyde de carbone à 1100 °C, ndlr]», souligne-t-elle.

Dans tous les secteurs, la région extrême-orientale prévoit une plus grande liberté économique pour les investisseurs dans les années à venir, promet le ministère. Le premier vice-ministre russe du Développent de l'Extrême-Orient, Mikhaïl Ossipov, confie dans quel secteur il serait lui-même prêt à investir la bagatelle de 50 millions de dollars dans la région.

«Mon choix personnel: je trouverais un partenaire raisonnable, qui travaille avec succès dans le domaine de l'aquaculture et je me procurerais une aire marine», répond-il, mettant par là en valeur qu'il reste bien d'autres sphères prometteuses.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Tags:
investisseurs, industrie, charbon, investissements, gaz, pétrole, chimie, Asie-Pacifique, Extrême-Orient, Europe, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik