Ecoutez Radio Sputnik
    espionnage

    Coup de projecteur sur le contre-espionnage russe

    CC0
    International
    URL courte
    5300

    Des dizaines de responsables du renseignement et des centaines d'agents recrutés se retrouvent chaque année dans le champ de vision des services de sécurité nationale. Au total, des milliers d'agents et d'espions de différents pays «travaillent» en permanence contre la Russie.

    Le Service fédéral de sécurité (FSB) russe, dont l'une des principales missions est le contre-espionnage, fête son 100e anniversaire. Passage en revue des hauts faits de ce métier à risque.

    4.000 agents étrangers

    Selon le département judiciaire de la Cour suprême, en 2016 13 Russes ont été condamnés pour haute trahison, et trois étrangers ont été condamnés pour espionnage. Selon les experts, ces chiffres modestes ne reflètent pas l'activité réelle des renseignements étrangers en Russie.

    «Les effectifs du réseau d'agents étrangers en Russie sont constants depuis 25 ans: ils avoisinent les 4.000 hommes, explique Alexandre Mikhaïlov, général du FSB à la retraite. Tout dépend en réalité de son degré d'activité: en période d'aggravation le réseau d'agents agit plus activement et ses missions deviennent plus globales.»

    D'après Alexandre Mikhaïlov, très peu d'agents étrangers démasqués se retrouvent en prison. En règle générale, l'affaire se limite à leur expulsion sans fuite dans les médias. Certains agents découverts ne se doutent même pas qu'ils sont surveillés et sont utilisés par les renseignements comme un canal de désinformation. Au total, selon les informations officielles, rien qu'au premier semestre 2017 l'activité de 30 agents étrangers et de plus de 200 personnes soupçonnées de coopérer avec les renseignements étrangers a été stoppée en Russie.

    Face à la CIA

    Selon les experts, les USA restent l'un des principaux adversaires de la Russie en matière de renseignement. L'espion américain le plus haut placé démasqué par les agents russes du contre-espionnage dernièrement était le troisième secrétaire de l'ambassade américaine et concurremment agent de la CIA Ryan Fogle. Ce dernier a été arrêté en mai 2013 alors qu'il tentait de recruter un officier des renseignements russes dans les meilleures traditions du genre d'espionnage: Fogle est venu au rendez-vous avec une perruque, des lunettes, une boussole et la carte de Moscou.

    «Les USA non seulement possèdent un large réseau d'agents dans notre pays, mais dirigent de facto tous les renseignements européens, affirme Alexandre Mikhaïlov. Ce sont les Américains qui élaborent la tactique et la stratégie de l'activité du renseignement contre la Russie. Ils coopèrent très efficacement, échangent des informations et analysent les renseignements. En fait, nous faisons face à un bloc de renseignement très important auquel se joignent de nouveaux participants, essentiellement des anciennes républiques soviétiques.»

    Après le rattachement de la Crimée et le début de la guerre dans le Donbass, l'Ukraine a engagé une activité de renseignement effervescente en Russie. Les agents de la Direction générale du renseignement du ministère de la Défense et du Service du renseignement extérieur de ce pays se font régulièrement remarquer par les renseignements russes. La destination la plus populaire des agents ukrainiens est la Crimée, sachant que leurs missions ne se limitent pas au recueil d'informations. Les membres d'au moins trois groupes de renseignement ukrainiens démasqués en Crimée préparaient des sabotages de sites d'infrastructure. Les combattants ukrainiens du front invisible font également leur apparition dans la partie continentale de la Russie: en octobre 2017 à Togliatti a été arrêté l'ouvrier d'un chantier naval qui avait été chargé par les renseignements de recueillir des informations sur le travail de l'entreprise. L'agent malchanceux a finalement été expulsé vers l'Ukraine.

    Les réseaux sociaux, avant-poste de l'espionnage

    L'intensification de l'activité des renseignements étrangers n'est pas seulement liée à l'aggravation des relations entre la Russie et l'Occident. Selon les experts, les renseignements étrangers s'intéressent tout particulièrement au programme national d'armement dans le cadre duquel l'armée reçoit les tout derniers modèles de matériel militaire. Ainsi Alexeï Jitniouk, 24 ans, Moscovite qui d'après l'enquête recueillait des informations sur la marine russe et les transmettait via un agent à la CIA, a été arrêté le 12 décembre à Moscou.

    On remarque aussi que les renseignements étrangers utilisent activement les nouvelles technologies: la Russie enregistre de plus en plus de cas de recrutement par internet. En 2011 déjà, les USA ont créé le Service spécial de recueil d'information SCS (Special Collection Service) chargé de surveiller les réseaux sociaux et de sélectionner des candidats à recruter.

    «Aujourd'hui la préparation au recrutement d'un homme ne nécessite aucune approche particulière, estime Alexandre Mikhaïlov. Les gens publient sur internet non seulement leur biographie, mais également les lieux qu'ils visitent, leurs liens d'amitié et même ce qu'ils mangent. C'est pourquoi les réseaux modernes représentent un avant-poste colossal pour le renseignement. En ce qui concerne l'espionnage électronique ou les attaques de hackers, les événements de ces dernières années montrent que nos services, à l'exception de cas isolés de trahison, n'admettent pas d'importantes fuites d'informations confidentielles. Dans le même temps les fuites aux USA sont majeures avec Snowden ou encore WikiLeaks — mais ces fuites n'étaient pas une grande révélation pour nous car nous savions déjà tout cela depuis longtemps.»

    Actuellement, la structure principale du contre-espionnage russe est le Service de contre-espionnage du FSB qui regroupe des unités pour le contre-espionnage militaire, industriel et économique. Plusieurs autres renseignements disposent de leurs propres sections de contre-espionnage, notamment le Service du renseignement extérieur (SVR) et la Direction générale de l'État-major des forces armées (GRU).

    Lire aussi:

    Des espions étrangers en Russie? Poutine dévoile les chiffres
    Poutine, ancien agent secret… très secret
    The National Interest fait la lumière sur l'arme nord-coréenne la plus puissante
    Tags:
    agents, espionnage, FSB, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik