Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Qui dort dîne? Qui ne dort pas grossit

    © REUTERS/ Francois Mori
    International
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    11140

    Épinglée récemment par la presse française, la comm» de l’Élysée affirmant qu’Emmanuel Macron «n’a pas besoin de sommeil» représente pour les experts du sommeil un danger de santé publique. Karim Atroun, somnologue et président de l’association HYPNOS, revient pour Sputnik sur les dangers d’un sommeil trop court ou de mauvaise qualité.

    Malgré le mythe savamment entretenu par ceux qui veulent démontrer leurs qualités surhumaines, il serait d'intérêt public de calmer les ardeurs hostiles au repos de certains. Il est en effet presque inhumain de culpabiliser ceux qui préservent, à juste raison, leur santé en effectuant des nuits normales. Mieux encore, d'après le somnologue Docteur Karin Atroun, le sommeil «régulé» peut être un remède à certaines affections.

    «Il y a une interaction très étroite entre le sommeil et l'obésité, précise docteur Atroun, les insomniaques qui dorment moins de 6 heures ont une prévalence de maladies cardiovasculaires importante.»

    En fait, le grand responsable de ces risques est un phénomène d'apnée, ces pauses respiratoires qui durent plus de 10 secondes.

    «On sait que les personnes qui dorment mal font moins de stades de sommeil profond, explique le Dr Atroun. Nous pensons qu'il y a un lien direct entre le métabolisme et le sommeil… la production de certaines hormones régule la satiété et la faim. Même une personne "à apport de calorique constant", quand elle dort peu ou elle dort mal, a tendance à grossir.»

    Attention, alors, Monsieur Macron! Passer des heures à son bureau pour «travailler les dossiers de fond»… la nuit pourrait vous faire perdre la ligne…
    D'un point de vue plus scientifique, d'après Karim Atroun, «il y a un cercle vicieux entre l'obésité et les troubles du sommeil qui vont entretenir cette obésité.» Et mis à part les axes traditionnels de ce combat, tels que la diététique, l'alimentation saine, l'exclusion de la «malbouffe» ou encore la lutte contre la sédentarité, les médecins actuels choisissent de travailler sur une plateforme pluridisciplinaire, qui englobe également la somnologie.

    «Le sommeil devrait être un axe de santé publique, s'exclame le docteur. Ce qui n'est pas le cas dans de nombreux pays, y compris en France. Dans les dernières projections politiques sanitaires, le sommeil ne fait pas partie de priorités, alors que ça impacte forcément la santé des patients.»

    Effectivement, traiter les problèmes d'AVC, d'hypertension résistante, d'infarctus du myocarde et d'autres maladies graves, en incluant la régulation du sommeil permettrait de faire des économies, même au niveau macroéconomique. Par exemple, les patients qui souffrent d'hypertension résistante sont sous trois traitements. Et les cardiologues sont en train de chercher le quatrième traitement, en parlant rarement de l'apnée qui est à l'origine de la maladie. Si on la traite, le problème est résolu avec moins de moyens.

    Résultat du combat de Docteur Atroun contre l'insouciance du corps médical face aux problèmes du sommeil, le Saint-Petersburg Sleep Congress 2018 va réunir début juin prochain des experts d'envergure internationale dans différentes disciplines pour débattre sur les innovations en matière de recherche sur le sommeil normal et pathologique.

    «L'objectif du congrès, c'est de démocratiser la discipline en Russie, d'informer les médecins et les patients, ainsi que de sensibiliser les responsables et les tuteurs,» précise Dr Atroun.

    Alors, vous êtes en surpoids, si vous êtes fatigué dans la journée et que vous ronflez, voilà trois bonnes raisons d'aller voir le somnologue. Et cela vous sauvera peut-être la vie!

    Lire aussi:

    Méfiez-vous de la sieste, avertit un spécialiste du sommeil
    Les scientifiques percent le secret d’un sommeil de qualité
    L'heure idéale pour aller se coucher enfin fixée par des scientifiques
    Tags:
    sommeil, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik