International
URL courte
Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)
18983
S'abonner

Après le retrait de la majeure partie du contingent militaire russe décrété le 11 décembre dernier, Moscou voit les tentatives de déstabiliser la situation en Syrie du côté des mécontents du fait que la Russie ait pris la tête du processus de règlement politique dans le pays.

Moscou relève des tentatives de déstabiliser la situation en Syrie après le début du processus de retrait de la majeure partie du contingent militaire russe, a déclaré à Sputnik l'envoyé spécial du Président russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev.

«Bien sûr, nous constatons de telles tentatives […]. Ce n'est pas tout le monde qui apprécie le fait que la Russie ait pris la tête du processus de règlement politique, et non seulement politique, mais aussi de la lutte contre Daech et des groupements terroristes en Syrie», a indiqué Alexandre Lavrentiev.

«Nous ne pointerons pas du doigt ces pays. Les discours officiels des représentants de ces pays concernant le processus d'Astana et le prochain Congrès pour le dialogue national syrien sont éloquents», a ajouté l'envoyé spécial du Président russe pour la Syrie.

Alors que la Russie agit, selon M. Lavrentiev, «dans l'intérêt du peuple syrien».

Le 11 décembre, intervenant devant les militaires russes sur la base de Hmeimim, le Président Poutine a ordonné le retrait du contingent russe de ce pays proche-oriental, et ce, après la défaite définitive de l'organisation terroriste Daech.

Maintenant, selon Moscou, il est nécessaire d'élaborer la constitution de la Syrie le plus tôt possible et de former un gouvernement de transition. À cette fin, il est proposé de tenir le Congrès pour le dialogue national syrien, prévu à Sotchi au début de 2018, afin que les Syriens eux-mêmes puissent parvenir à un accord sur toutes ces questions.

Dossier:
Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)

Lire aussi:

Un ouvrier décapité par une pelleteuse sur un chantier près de Rouen, à une semaine de la retraite
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
retrait de l'aviation russe, terrorisme, Daech, Alexandre Lavrentiev, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook