Ecoutez Radio Sputnik
    Nikki Haley

    Les USA «suivent de près la situation» au Binomo après l’«ingérence russe»

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    551022
    S'abonner

    Après s’être ingérée dans les élections au Limpopo, la Russie semble s’en prendre au Binomo. La représentante permanente des États-Unis à l’Onu Nikki Haley est tombée dans le piège des célèbres auteurs de canulars téléphoniques russes Vovan et Lexus et leur a fait des révélations bien intéressantes.

    Vous n’avez jamais entendu parler du Binomo, cette île située au sud de la Chine? Vraiment? Ne vous précipitez pas sur votre atlas pour la localiser – ce territoire n’existe tout simplement pas, ce que la représentante permanente des États-Unis à l’Onu, Nikki Haley, semble totalement ignorer. Qui plus est, d’après elle, les États-Unis ont été «alertés et suivent de près la situation». C’est ainsi qu’elle a réagi en apprenant la nouvelle que la Russie se serait ingérée dans les affaires intérieures de ce territoire qui réclame son indépendance, une situation susceptible de faire croître les tensions en mer de Chine orientale.

    «À l’heure actuelle, nous ne constatons aucune incursion ou intimidation. Tout ce qui concerne la question de la mer de Chine orientale sera prochainement discuté à la Maison-Blanche», a-t-elle déclaré.

    La diplomate américaine est en fait tombée dans le filet des farceurs téléphoniques russes Vovan et Lexus qui ont déjà accroché à leur tableau de chasse un nombre important de grands de ce monde. Parmi eux, le Présidents Recep Tayyip Erdogan et la congressiste démocrate américaine Maxine Waters.

    Cette fois-ci, ils se sont fait passer pour le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, pour aborder avec leur interlocutrice un large éventail de questions allant de la persécution politique de l’ex-Président géorgien Mikhaïl Saakachvili aux «pressions russes».  À beaucoup de questions, la diplomate américaine a répondu par des phrases assez vagues, toutefois plusieurs déclarations bien concrètes ont été faites durant cet échange long de 12 minutes.

    Et le pays qui cherche à s’ingérer partout est…

    «Il est difficile de savoir ce que fait la Russie en ce moment même. Ils cherchent à s’impliquer dans toutes les régions, ils ont quelque chose dire à propos de toutes les régions. Je ne pense pas qu’ils auront l’influence dont ils auraient voulu bénéficier. Mais, sans ambiguïté, ils cherchent à l’obtenir d’une manière ou d’une autre. Je pense que d’autres pays sont également très prudents à leur égard et veilleront à ce que la Russie ne dépasse pas les limites», a-t-elle encore indiqué, répondant à la question de savoir si Vladimir Poutine resterait, d’après elle, agressif vis-à-vis de l’Europe au cours de l’année prochaine.

    Et d’ajouter, en abordant la question de la Russie au sein du Conseil de sécurité, que les États-Unis continuaient à «rappeler à la Russie quelle était sa place dans le monde».

    «Liens très étroits avec l’Ukraine»

    Interrogée sur la raison pour laquelle Washington s’était opposé conjointement avec Kiev à l’adoption d’une résolution contre la glorification du nazisme, Mme Halley a répondu:

    «Nous tâchons de les soutenir au sujet de nombreuses questions. Nos liens sont très étroits. Avec eux, nous voulons faire reculer la Russie au sujet de la question de la Crimée». Et d’insister sur le fait que les relations entre les deux pays étaient fondées sur un soutien inconditionnel à Kiev au sujet de tout ce qui concerne son différend avec la Russie.

    Nikki Haley a en outre commenté la construction du gazoduc Nord Stream, remercié la Pologne pour sa position à l’Onu au cours du vote de la résolution sur Jérusalem, a révélé l’existence d’une liste de pays n’ayant pas soutenu la position de Washington, etc.

    Réaction de Moscou

    La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, n’a pas tardé à commenter les déclarations faites par Nikki Haley.

    «Au cours de sa conversation téléphonique avec le "Premier ministre" polonais la diplomate américaine a déclaré que les États-Unis "continuaient à «rappeler à la Russie quelle était sa place dans le monde". Nikki, vous voulez vraiment que le Russie se rappelle de "toutes ses places dans le monde"? Courte vue».

     

    Tags:
    canulars, ingérence, Maria Zakharova, Mateusz Morawiecki, Nikki Haley, Lexus (Alexeï Stoliarov), Vovan (Vladimir Kouznetsov), Pologne, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik