Ecoutez Radio Sputnik
    Catalogne

    Crise catalane: «aucun homme normal ne croira en l’ingérence russe»

    © AFP 2018 Lluis Gene
    International
    URL courte
    La Catalogne après le référendum d’autodétermination (61)
    5151

    Les accusations gratuites à propos d’une ingérence supposée de la Russie dans les affaires des séparatistes en Catalogne relèvent d’une «fantaisie pure et simple» et ne servent qu’à détourner l’attention des discussions sur cette question, a déclaré à Sputnik Jordi Creus, éditeur de la revue historique Sapiens.

    Mise en circulation par les médias gouvernementaux, cette idée absurde n'est qu'un procédé de plus employé par le gouvernement de Mariano Rajoy pour justifier en quelque sorte les résultats des élections convoquées par Madrid après la mise en application de l'article 155 de la Constitution espagnole permettant de s'ingérer dans les affaires des autonomies, a indiqué à Sputnik Jordi Creus.

    «Affirmer que la Russie s'ingère dans ces élections pour que le chaos politique s'instaure en Espagne relève d'une fantaisie absolue. Chez nous, aucun homme normal ne croira en l'ingérence russe», a souligné le Catalan.

    Et de rappeler que la vice-Présidente du gouvernement espagnol Soraya Saenz de Santamaria avait déclaré devant les journalistes que Mariano Rajoy avait mis sous les verrous les chefs du séparatisme catalan.

    «Cela montre qu'il n'existe aucune séparation des pouvoirs. Ce n'est qu'une chimère. Pour ne pas permettre aux critiques de se saisir de cette situation, des allégations selon lesquelles Vladimir Poutine ou Nicolas Maduro auraient influé sur la campagne électorale ont été mises en circulation», a estimé l'historien.

    Selon un autre interlocuteur de Sputnik, le politologue David Minoves, président du Centre international des minorités nationales et ethniques Aureli Maria Escarré, les élections du 21 décembre se sont déroulées dans un climat qui n'avait rien à voir avec les normes démocratiques.

    «L'ingérence de Madrid crée une situation qui n'est absolument pas démocratique. Accusés de rébellion, une partie des dirigeants catalans sont en prison, alors que d'autres se trouvent à l'étranger», a indiqué le militant, ajoutant qu'ils ne pouvaient pas par conséquent réaliser leur droit à participer aux élections.

    M.Minoves relève que les partis qui prônent la séparation de la Catalogne avaient écrit dans leurs programmes: «suspendre l'article 155», «rétablir les institutions démocratiques», «remettre en liberté les détenus politiques et les membres du gouvernement catalan en exil».

    Dossier:
    La Catalogne après le référendum d’autodétermination (61)

    Lire aussi:

    Catalogne: les mesures du gouvernement espagnol, une «atteinte à la démocratie»
    La vice-Présidente espagnole assume les fonctions de l’exécutif catalan
    Madrid tente d'étouffer la «rébellion» de Barcelone
    Tags:
    Soraya Sáenz de Santamaría, ingérence russe, accusation gratuite, articles, Constitution, élections, gouvernement espagnol, Sputnik, David Minoves, Jordi Creus, Nicolas Maduro, Mariano Rajoy, Vladimir Poutine, Catalogne, Madrid, Espagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik