International
URL courte
7122
S'abonner

L’industrie syrienne en ruines après six ans de guerre n’a pas seulement souffert de la barbarie djihadiste. Des milliers d’usines ont mis la clé sous la porte sur fond de sanctions occidentales, privant le peuple de médicaments et de produits de consommation.

Les sanctions imposées de façon unilatérale par plusieurs pays de l'Occident, ont empêché des milliers d'entreprises syriennes de fonctionner dans ces conditions de guerre, a indiqué le ministre syrien de l'Industrie Ahmed al Hamu.

«C'est pour beaucoup dû aux restrictions unilatérales imposées par les pays occidentaux à l'encontre de la Syrie que des milliers d'usines sont devenues inopérantes ou ont partiellement suspendu leurs activités… Ils ont privé les usines de matière première, de pièces détachés et empêché de lancer de nouvelles lignes de production», a-t-il indiqué.

Par conséquent, plusieurs Syriens se sont vu priver de médicaments et de produits de consommation, dont des aliments pour bébés, qui ont pratiquement disparu, a expliqué le ministre.

D'importants dégâts ont été également causés par les djihadistes. Détruisant des industries, ces derniers ont volé des équipements et saccagé des bâtiments.

À l'issue des négociations avec l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a appelé fin décembre à annuler les sanctions unilatérales imposées à la Syrie par des pays occidentaux. Selon le ministre, les restrictions affectent avant tout le peuple de ce pays.

Lire aussi:

L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Sectarisme, boycott et chasse aux sorcières dans les universités: la France à la mode US?
Un commissariat de police attaqué aux cocktails Molotov dans le Lot
Des photos d’employés des pompes funèbres pendant l’enterrement de Maradona scandalisent l’Argentine
Tags:
sanctions, Ahmed al Hamu, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook