Ecoutez Radio Sputnik
    Maïdan

    Best of 2017: les médias au secours du politiquement correct ukrainien

    © Sputnik . Andrey Stenin
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    448

    Dans le cadre de notre rétrospective 2017, Maxime Perrotin a souhaité revenir sur les biais médiatiques les plus emblématiques de l’année écoulée. La défense d’une journaliste et blogueuse pro-ukrainienne par la presse parisienne illustre bien les partis-pris dont sont capables certains confrères.

    [texte initialement publié le 05/07/2017 avec les titre et chapô suivants:]

    Ukraine: quand des médias français confondent fact-checkers et watchdogs

    La journaliste Anna Jaillard-Chesanovska a été condamnée pour diffamation pour ses propos à l'encontre du documentaire de Paul Moreira «Ukraine: les masques de la révolution». Des défenseurs des droits de l'homme en Ukraine montent au créneau pour la défendre. La liberté d'expression est-elle menacée en France? L'affaire n'est pas si simple…

    Péril en la demeure sur la liberté d'expression en France! Rien à voir cette fois-ci avec la censure de propos «haineux» ou «d'incitation au terrorisme» sur Facebook ou Twitter. C'est d'un jugement de la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris, célèbre pour ses affaires de presse ou de diffamation qu'il s'agit cette fois et le sujet en est l'Ukraine et son traitement médiatique.

    Halya Coynash, journaliste au KyivPost et membre de l'organisation de défense des droits de l'homme Kharkiv Human Rights Protection Group (KhPG)- pour reprendre sa présentation sur Al-Jazeera — vient de publier un article sur la version anglaise du site ukrainien Stopfake.org. Elle y estime, notamment «impératif que journalistes et groupes des droits de l'homme s'impliquent» suite à la condamnation, le 29 juin dernier, de la journaliste franco-ukrainienne Anna Chesanovska.

    Une condamnation qui fait suite à ses propos tenus le 3 février 2016 sur le blogue «Comité Ukraine» hébergé par le site du journal Libération, à l'encontre du documentaire «Ukraine: les masques de la révolution», diffusé sur Canal+ deux jours auparavant. Dans cet article, intitulé «Ukraine: les masques de la révolution ou la manipulation au montage», Anna Chesanosvka, qui avait été engagée par la chaîne pour traduire certaines interviews utilisées dans le documentaire de Paul Moreira, accuse le réalisateur d'en avoir réalisé un montage tendancieux, dans le but de faire «correspondre l'image à une idée toute faite» sur la situation en Ukraine et par conséquent de s'adonner à une «manipulation consciente et volontaire de l'opinion publique.» Des accusations qui n'ont apparemment pas plu à Paul Moreira ni convaincu la 17e chambre.

    Ainsi, pour reprendre les mots de la journaliste franco-ukrainienne, «grâce à un habile tour de passe-passe» de l'auteur du documentaire, les intervenants auraient pris «des airs d'êtres sauvages, obsédés par des idées nationalistes bêtes et méchantes». Des interviewés de Paul Moreira qui n'étaient autres que le fraîchement élu député Ihor Mosiychuk, libéré suite à un vote du parlement deux jours après la destitution de Viktor Ianoukovytch de la prison, où il purgeait une peine de 6 ans pour «préparation d'actes terroristes» et l'un des dirigeants des «Patriotes d'Ukraine», clairement identifiée comme «un groupe paramilitaire néonazi» par un envoyé spécial du Monde dès mars 2014, ainsi qu'Andriy Biletsky, fondateur de l'organisation ultranationaliste paramilitaire bataillon Azov, devenu «régiment», après son intégration à la garde nationale ukrainienne. Comme pour les «Patriotes d'Ukraine», avec lesquels Azov est apparenté, son blason arbore une «Wolfsangel», un symbole runique étrangement similaire à celle de la division SS «Das Reich», comme le soulignait un blogue de Médiapart, qui laisse peu de place au doute quant à leur inspiration idéologique. Andriy Biletsky que le Monde dépeignait également, fin juin, comme un «néonazi notoire.» Des groupes extrémistes particulièrement disparates, que certains défendent encore du moment que ceux-ci sont pris pour cible par les médias russes.

    Volontairement, nous ne reviendrons pas sur le fond de l'affaire et notamment le drame d'Odessa où une quarantaine de personnes, majoritairement prorusses, avaient été tuées, notamment dans l'incendie de la maison des syndicats, assiégée par des militants nationalistes ukrainiens. Un drame que Paul Moreira, comme beaucoup d'autres, qualifie de «massacre». C'est notamment ce terme qui semble fortement déplaire tant à la défenseuse des droits de l'homme (dont l'ONG a été dûment récompensée en 1998 d'un Democracy and Civil Society Award, lors d'un sommet à Londres, réunissant Bill Clinton, Tony Blair et Jacques Santer) qu'à la journaliste franco-ukrainienne et qui constitue l'un des piliers des accusations portées contre la probité du journaliste de Canal+, accusé de «reprendre les ficelles de la propagande de Moscou.»

    Reconnue coupable en première instance, cette jeune «journaliste indépendante» est ainsi condamnée à 500 € d'amende et à verser pas moins de 5.000 € au titre de dommages et intérêt à Paul Moreira, auxquels s'ajoutent 3.000 € pour les frais d'avocats ainsi que la couverture des frais de publications, dans la limite de 5.000 €. Au total, ce sont potentiellement plus de 13.000 € qu'Anna Chesanovska (Anna Jaillard, Anna Jaillard-Chesanovska ou Anna Chesanovska-Jaillard suivant les fiertés nationales des différents protagonistes… nous garderons la version de la Justice française) pourrait avoir à débourser, si elle perdait son appel. Une somme relativement conséquente, mais pas exceptionnelle en la matière.

    S'il ne nous appartient pas de commenter une décision de justice, on ne peut que constater que Paul Moreira, dont la filmographie a été récompensée par différents prix, n'est pourtant pas réputé pour ses positions prorusses… comme pourrait, notamment, en témoigner ce tweet retrouvé sur son profil.

    «Ce que Porochenko, Président de l'Ukraine, et l'entourage de Poutine ont en commun? Des comptes au Panama. Money talks.»

    ​Paul Moreira, dont l'agence de presse et société de production Premières Lignes qu'il a cofondée collabore avec The International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ)-notamment connue pour ses révélations sur les Panama Papers. Avec Luc Hermann (France 5), il est d'ailleurs l'auteur d'un documentaire «WikiLeaks, enquête sur un contre-pouvoir» à l'occasion duquel il avait rencontré Julian Assange.

    En revanche, ce qu'on constate du côté de son accusatrice apparaît… révélateur. Sur sa page du Huffington Post, elle est présentée sous son nom-a priori de femme mariée- Anna Jaillard, comme une «journaliste indépendante franco-ukrainienne». Pourtant, le 9 mai 2014, lorsqu'elle est invitée de BFMTV à l'occasion de la couverture du premier déplacement de Vladimir Poutine en Crimée devenue russe, elle apparaît comme «porte-parole du collectif Euromaidan France».

    Une casquette qu'elle semblait également porter quelque jours plus tard lorsqu'elle remerciait, lors d'une réunion publique des Européens UDI-MODEM à Paris, une certaine Marielle de Sarnez pour s'être rendue à «plusieurs reprises» à Maïdan et ce à une semaine d'élections présidentielles en Ukraine. Sans oublier son interview de Bernard-Henry Lévy, en septembre de la même année, à l'époque où elle se reconvertit dans le journalisme «indépendant» et signe ses premiers articles sur le Huffington Post.

    Une interview qu'elle réalise pour le Comité représentatif de la communauté ukrainienne en France (CRCUF), à l'occasion d'une pièce où le philosophe fait la part belle à la «flamme du Maïdan» et affiche son opposition à la vente des Mistral à la Russie, qu'il préférerait voir vendus à l'Ukraine, grâce à la contribution financière des 28. Une interview durant laquelle le philosophe ne cachera pas son inimitié envers le maître du Kremlin, qu'il dépeint devant son auditrice visiblement conquise comme un «néo-fascisant», «assez minable au demeurant.»

    Ainsi, les critiques d'Anna Chesanovska s'inscrivent-elles dans un discours plus large de contre-propagande? Souvenez-vous, lorsque le documentaire de Paul Moreira avait été diffusé, rompant avec la vision manichéenne qui était véhiculée dans les médias français depuis le début de la crise ukrainienne, celui-ci avait fait l'effet d'une bombe. Nous avions pu alors assister à une levée de boucliers de la part de journalistes, d'intellectuels et autres «connaisseurs du dossier», dont un ex-diplomate et l'ambassade d'Ukraine, d'abord dans Le Monde-la veille de la diffusion- et le lendemain, dans L'Obs.

    «C'est donc Canal+ qui apporte cette fois son concours à la nébuleuse hétéroclite du poutinisme», lisait-on dans les colonnes du Monde dès le 3 février, fustigeant «une partie de la gauche radicale» qui aurait «sombré dans le conspirationnisme» et qui serait «devenue l'idiot utile de la revanche de Poutine et des nostalgiques de l'empire sénile et mafieux qu'était l'URSS au moment de sa chute.»

    Certains de nos confrères dépeignent les médias russes comme de vulgaires officines de désinformation, des «outils de propagande au service de la guerre poutinienne de l'information» dont les contenus «parfois trompeurs […] sont souvent biaisés et partiaux,». Ils nous reprochent notamment un manque de «mise en balance» des propos de certains de nos intervenants, tandis que d'autres pointent du doigt la «paresse intellectuelle» de Paul Moreira, qui aurait le tort de ne pas partager leur point de vue.

    Nous nous étonnons donc que les mêmes vantent les mérites de sites de «fact-cheking» ukrainiens et offrent une tribune à des activistes de la première heure, reconvertie dans le «journalisme indépendant» et dont les témoignages sont pris pour argent comptant afin d'offrir à leurs lecteurs une vision du conflit ukrainien pour le moins partiale. Un petit peu comme si ces mêmes médias ne donnaient la parole qu'à des syndicats lors d'un conflit social ou qu'ils considéraient, au cours d'un procès, l'avocat d'une des parties comme un expert indépendant. Un biais que dénonçait Acrimed, dès le mois de septembre 2014, dans son papier: «Ukraine: informations faussées et commentaires à sens unique». L'observatoire des médias qui exprimait sa «stupéfaction face à la russophobie ambiante.»

    En somme, s'il est naturel de tendre le micro à Anna Chesanovska, notamment sur l'Ukraine, tout comme à des associations et autres watchdogs, la probité commande simplement de signaler leur engagement militant et de ne pas les utiliser comme source unique sur un sujet aussi grave et complexe que la crise ukrainienne.

    Lire aussi:

    Tragédie d’Odessa: 3 ans après, le silence est toujours de mise
    La Fédération européenne des journalistes réagit aux persécutions en Ukraine
    Guerre en Ukraine: un règlement «utopique», sommet après sommet
    Tags:
    journalistes, documentaire, France, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik