Ecoutez Radio Sputnik
    Fille en burqa. Photo d'archive

    Djihadisme au féminin: l’Allemagne démantèle un réseau de «veuves noires»

    CC BY 2.0 / Michał Huniewicz / A girl in a burqa
    International
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    7221

    L’agence de sécurité intérieure allemande a identifié un réseau djihadiste féminin. Si dans notre imaginaire, le terrorisme islamiste est une affaire d’hommes, les femmes et les jeunes jouent aussi leur rôle, comme le démontrent certains attentats en Syrie ou en Irak… et bientôt en Europe?

    On les appelle les «veuves noires», en référence à la burqa qui les recouvre entièrement… et à leur activité terroriste. C'est l'un de ces réseaux djihadistes féminins que les services de renseignements allemands ont déclaré avoir identifié et démantelé mardi 26 décembre.

    Composé d'une quarantaine de femmes, il était implanté en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le länder le plus peuplé d'Allemagne. Burkhard Freier, chef de l'Office fédéral de protection de la Constitution de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (BfV, services de renseignements intérieurs allemands), a déclaré au Frankfurter Allgemeine Zeitung que le réseau démantelé suivait la doctrine salafiste: des règles strictes encadraient l'éducation d'enfants et les habitudes culinaires, leur interprétation de l'Islam attisant la haine contre ceux qu'ils qualifiaient de «non-croyants».

    D'après Burkhard Freier, la «féminisation» du djihad rend «beaucoup plus difficile» la détection des «poches salafistes au sein de la société», d'autant plus que ces réseaux de femmes islamistes manient adroitement la propagande et le prosélytisme sur Internet.

    Maher Fargali, un expert égyptien des groupes islamistes, a récemment commenté pour Sputnik la mutation du rôle des femmes islamistes, qui au départ étaient généralement utilisées pour attirer des jeunes dans les rangs des djihadistes.

    «Les femmes dans les groupes terroristes s'occupent maintenant de la récolte de l'argent. Dans certaines organisations, comme, par exemple, "Les Frères musulmans", elles ont le droit de vote lors des élections au sein de l'organisation», explique-t-il.

    Mais les femmes salafistes n'ont pas pour autant abandonné leur vocation d'endoctrinement des enfants dès leur plus jeune âge.

    «Le salafisme est devenu une affaire de famille, affirme Burkhard Freier, les hommes ont remarqué que les femmes peuvent mieux travailler en réseau et sont donc plus capables d'élargir la scène et de la garder active.»

    Et le danger terroriste n'épargne aucun pays européen. On se rappelle qu'en août dernier, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, donnait des chiffres précis: à cette date, 217 majeurs et 54 mineurs seraient rentrés en France des zones de combats d'Irak et de Syrie. À l'époque, l'ancien chef de groupe antiterroriste Jacques Poinas expliquait à Sputnik qu'un certain nombre de ces 271 djihadistes rentrés en France pourraient constituer une menace terroriste pour le pays.

    De plus, selon un autre interlocuteur de Sputnik, Romain Caillet, expert en terrorisme et djihadisme à l'Institut français du Proche-Orient,

    «Sur 217 personnes, il y a 10% de femmes. Il est difficile de savoir qui sont les 54 mineurs dénombrés parce que ce chiffre englobe les mineurs capables de combattre, et même les enfants en bas âge nés là-bas qui ne sont pas des combattants.»

    Ainsi, des réseaux de femmes salafistes pourraient s'appuyer sur un certain nombre de personnes déjà initiées au combat armé.

    Les remarques du chef du BfV, cité plus haut, font suite à des rapports publiés à la mi-décembre par l'agence de presse allemande DPA, qui révélait que les autorités allemandes avaient classé les dossiers de plusieurs dizaines de femmes et de jeunes musulmans comme présentant des risques potentiels pour la sécurité intérieure.

    L'inquiétude ne s'estompe ni en France, ni en Allemagne, où récemment Hans-Georg Maassen, directeur d'Office fédéral de protection de la constitution (BfV), a faisait part de sa préoccupation:

    «S'il s'agit de ressortissants allemands, ils ont le droit d'entrer sur le territoire de la République fédérale. Certains enfants ont eu le cerveau lavé dans les soi-disant écoles de Daech, ce qui a contribué à leur radicalisation. Cela nous pose un problème, car ces enfants et ces adolescents peuvent parfois être dangereux.»

    Et la tendance ne risque pas s'inverser: le BfV a également averti que les pertes territoriales de Daech au Moyen-Orient avaient provoqué une baisse du nombre de djihadistes se rendant en Syrie et en Irak, alors que le nombre de rapatriés augmentait. Et parmi ces rapatriés, il y avait un nombre croissant de femmes.

    Alors que pour beaucoup d'entre elles, leurs maris sont morts ou détenus, combien d'entre-elles sont-elles prêtes à poursuivre en Europe le combat entamé au Levant?

    Lire aussi:

    «Elles étaient femmes et mères, et maintenant combattent pour Daech»
    «Je suis Qatar»: sous la plume des imams fondamentalistes
    271 personnes ayant fait le djihad en Syrie et en Irak sont de retour en France
    Tags:
    femmes, terrorisme, djihadisme, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik