Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel

    Près de la moitié des Allemands réclament le départ de Merkel

    © AP Photo / Markus Schreiber
    International
    URL courte
    18373

    L’hypothèse de la démission de la chancelière Merkel a divisé les Allemands, qui n’ont pas de gouvernement depuis près de trois mois. Près de la moitié d’entre eux réclament sa démission immédiate, et plus d’un tiers veulent qu’elle reste à son poste jusqu’à la fin de son nouveau mandat de 4 ans.

    Selon un sondage réalisé par YouGov, environ 47% des Allemands se prononcent pour la démission de la Chancelière en exercice, Angela Merkel, tandis que 36% voudraient qu'elle reste à son poste jusqu'à la fin de son mandat qui expire en 2021.

    D'autre part, selon Die Welt, le nombre de mécontents augmente graduellement depuis octobre, alors que 36% des personnes interrogées s'étaient prononcées pour sa démission.

    Emmanuel Macron et Angela Merkel
    © REUTERS / Fabrizio Bensch
    Selon les experts, l'état d'esprit des électeurs a subi l'impact négatif produit par les tentatives infructueuses de former un gouvernement après les élections législatives de septembre. La CDU/CSU qui a remporté les élections n'est pas parvenue à former une coalition avec les verts et le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

    Entre-temps, des négociations visant à sonder le terrain doivent être entamées entre la CDU/CSU et le SPD le 7 janvier prochain. Les consultations pourraient aboutir à la formation d'une coalition ou à la création d'un gouvernement de la minorité sous la direction d'Angela Merkel.

    De nouvelles élections législatives ne sont pas non plus à exclure.

    Lire aussi:

    Merkel s’accroche au pouvoir: un scrutin anticipé plutôt qu’un gouvernement minoritaire
    Merkel lance sa campagne pour les législatives 2017
    Allemagne: le SPD fait un pas de plus vers une coalition avec Merkel
    Tags:
    élections législatives, démission, Parti social-démocrate allemand (SPD), Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, Angela Merkel, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik