Ecoutez Radio Sputnik
    Ukraine: des centaines de prisonniers échangés entre Kiev et les séparatistes

    Ukraine: des centaines de prisonniers échangés entre Kiev et le Donbass

    © Sputnik . Stringer
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    5241

    Dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 décembre, Kiev et le Donbass ont échangé de près de 300 prisonniers. Retour sur l’une des plus importantes opérations de ce type depuis le début du conflit.

    Enfin, une avancée significative. Après bientôt quatre ans de guerre, Kiev et les insurgés de l'Est du pays, ont libéré plusieurs centaines de prisonniers.

    Depuis la signature des accords de paix de février 2015, appelée accord de Minsk, c'est la première fois qu'un progrès de cette ampleur est constaté, dans cette guerre qui a fait déjà 10.000 morts et dont le règlement politique se fait de plus en plus incertain.

    À l'aéroport de Kiev, les prisonniers sont accueillis sous les drapeaux ukrainiens et les bouquets de fleurs. «Chers amis, pour vous, c'est un jour très important», a déclaré en ukrainien l'ambassadrice de France, Isabelle Dumont, qui avait accompagné le Président Piotr Porochenko, ainsi qu'un diplomate allemand, dans l'Est du pays, à la rencontre de ces hommes et femmes sortis de captivité:

    ​L'opération a concerné 73 prisonniers détenus dans les deux républiques autoproclamées et 233 détenus par les autorités de Kiev. Elle a eu lieu près de Gorlovka, en «zone neutre», à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Donetsk et s'est déroulée sous la supervision des représentants de la mission de surveillance de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Comité international de la Croix-Rouge.

    «Nous n'avons eu à déplorer aucun incident», a déclaré Miladine Bogetitch, représentant ukrainien de la Croix-Rouge, présent au point de contrôle «Majorsk» dans le Donbass, interviewé par Gazeta.ru: «Globalement nous voyons cet échange de manière positive […] le processus a été organisé à un bon niveau», notant toutefois une atmosphère «tendue», au début de l'opération, qui a duré trois heures.

    À noter que 74 prisonniers n'ont, à la dernière minute, pas souhaité rentrer à Donetsk et Lougansk, selon le parquet général ukrainien, cité par l'AFP. «Presque tous ceux qui sont restés du côté ukrainien avaient déjà purgé leur peine ou avaient été amnistiés. Par conséquent, si je comprends bien, ils resteront en Ukraine en tant que personnes libres. Mais je ne suis pas sûr que tous ces gens aient les documents nécessaires pour l'instant», poursuit l'humanitaire.

    «Non seulement l'Ukraine, mais aussi le reste du monde, devrait se battre pour la libération de citoyens illégalement détenus en Ukraine, parce qu'il s'agit là de valeurs européennes», a déclaré de son côté la première vice-présidente de la Rada Suprême (Parlement ukrainien) Irina Guerachtchenko.

    Un deuxième échange est déjà prévu, dont la date n'a pas encore été annoncée: 29 prisonniers détenus dans l'Est de l'Ukraine pourraient être échangés contre 74 personnes détenues par Kiev, a déclaré, mercredi 27 décembre, Viktor Medvedtchouk, un représentant de Kiev pour les questions humanitaires dans ces négociations, considéré comme proche de Vladimir Poutine, note le HuffPost. La veille, ce dernier, ainsi que le patriarche de l'Église orthodoxe russe Kirill, les dirigeants des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, Aleksandr Zakhartchenko et Leonid Passetchnik avait conclu un accord, favorisant cette libération.

    Comme le souligne Sputnik, «l'Église orthodoxe russe a joué un rôle important dans la réalisation de l'accord final». Le chef de l'Église orthodoxe a remercié toutes les parties pour «des discussions constructives», en notant également le rôle de l'Église orthodoxe ukrainienne et du métropolite Onufry.

    «C'est une avancée importante, facilitée par le travail du Format Normandie (Allemagne, France, Russie, Ukraine) et du groupe de travail humanitaire du Groupe de Contact trilatéral (OSCE, Russie, Ukraine)», a fait savoir l'ambassade de France à Kiev dans un communiqué.

    Emmanuel Macron et Angela Merkel, partenaires dans les négociations des accords de Minsk «continuent à encourager les parties à faciliter l'échange de tous les prisonniers restants, à permettre un plein accès du CICR à tous les détenus, et à faciliter les recherches, par le CICR, des personnes disparues».

    Le conflit dans l'Est de l'Ukraine oppose les forces gouvernementales à des rebelles du Donbass. Selon les accords de Minsk conclus en 2015, les parties en conflit doivent procéder à des échanges de prisonniers, mais ceux-ci ont été retardés à plusieurs reprises par des désaccords, notamment sur les listes de personnes à échanger. En outre, les parties s'accusent mutuellement d'avoir tenté de perturber le processus.

    Lire aussi:

    Échange de prisonniers entre l’Ukraine et le Donbass: Poutine promet d’apporter son aide
    «Seule l’Ukraine peut arrêter la guerre civile en respectant les accord de Minsk»
    Kremlin: les chefs du Donbass soutiennent un échange de prisonniers de guerre
    Tags:
    échange de prisonniers, prisonniers, séparatistes, Irina Guerachtchenko, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik