Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Vague de froid aux USA: Trump ironise sur le réchauffement climatique

    © REUTERS / Yuri Gripas
    International
    URL courte
    10214
    S'abonner

    Sur fond du froid qui a pris d'assaut l’est des États-Unis, Donald Trump, qui se trouve actuellement en Floride où il fait +25°C, s’est souvenu de la théorie du réchauffement climatique et a conseillé aux Américains de s’habiller plus chaudement.

    «Dans l'Est, cela pourrait être la nuit du Nouvel An la plus froide de l'histoire. Nous pourrions peut-être utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique contre lequel notre pays, et pas d'autres pays, se proposait de payer des milliards de dollars pour se protéger. Habillez-vous mieux! », a-t-il écrit sur Twitter.

    Ces derniers jours, le froid s'est installé dans l'est des États-Unis, de nombreux États sont ensevelis sous la neige. Pour la nuit du Nouvel An, la météo promet —13°C à Washington où le record de température (-29°C) a été enregistré en 1899.

    Le Président lui-même passe cette semaine dans sa résidence en Floride, où la température moyenne est actuellement de +25°.

    L'Accord de Paris sur le climat est le premier accord climatique global, signé par 194 pays, en décembre 2015. Il définit un plan d'actions pour lutter contre le changement climatique. L'accord n'exige pas l'abandon des combustibles fossiles et la limitation des émissions de dioxyde de carbone.

    Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat avait été annoncé par le Président américain Donald Trump en juin dernier. Selon le dirigeant américain, l'accord n'est pas honnête à l'égard de son pays et pourrait nuire à ses intérêts économiques, en plus de permettre dans le même temps aux autres pays, en particulier l'Inde et la Chine, de dégager des bénéfices. Donald Trump avait proposé de conclure un autre accord.

    Tags:
    réchauffement climatique, Accord de Paris sur le climat, froid, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik