Ecoutez Radio Sputnik
    Peshmerga forces near Mosul, Iraq

    Après un intervalle de 3 mois, l'Allemagne reprend l’armement des Peshmerga

    © Sputnik . Hikmet Durgun
    International
    URL courte
    4316

    Le référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien qui s'est tenu le 25 septembre a mis fin au soutien des Peshmerga par la coalition internationale, mais pas pour longtemps. Le porte-parole du ministère des Peshmerga du Kurdistan irakien a déclaré à Sputnik que l'Allemagne reprendrait bientôt l’armement des combattants kurdes.

    Le porte-parole du ministère des Peshmerga du Kurdistan irakien Helgurd Hikmet a raconté dans une interview à Sputnik que l'Allemangne avait décidé de poursuivre l'entraînement et l'armement des Peshmergas.

    Le soutien de la coalition internationale a cessé en raison du référendum sur l'indépendance tenu en septembre dernier.

    La décision de reprendre l'armement et la formation a été prise par les autorités allemandes après la récente visite en Allemagne du Premier ministre du Kurdistan irakien Netchirvan Barzani, au cours de laquelle il a rencontré la Chancelière Angela Merkel et le ministre allemand de la Défense.

    Les forces peshmergas auraient donné au gouvernement allemand des garanties que les armes et les munitions reçues de l'Allemagne seraient utilisées exclusivement dans la lutte contre le groupe terroriste Daech. La décision de reprendre le soutien aux Peshmerga a été votée à la majorité au Bundestag.

    Selon Rudaw, le Bundestag a voté le 12 décembre pour  poursuivre son programme de formation des forces peshmerga jusqu'à avril 2018. 

    Lire aussi:

    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Tags:
    entraînements, armements, peshmergas, Helgurd Hikmet, Kurdistan irakien, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik