Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Achat des S-400 russes: Washington espère encore dissuader Ankara

    © Sputnik. Sergei Malgavko
    International
    URL courte
    12232

    Critiquant pour une énième fois la coopération militaro-technique russo-turque, le Pentagone insiste sur le fait que des systèmes antimissiles compatibles avec les normes de l'Otan seraient mieux adaptés aux besoins de la Turquie qui a décidé à son tour d'acquérir des S-400 russes.

    Les autorités américaines poursuivent les négociations avec la Turquie sur les systèmes S-400 Triumph. Selon un représentant du service de presse du Pentagone, Washington tente de persuader Ankara de renoncer à son projet d'acheter des armes à la Russie.

    «Les systèmes de défense antimissile compatible avec les normes de l'Otan restent la meilleure option pour protéger la Turquie contre les différentes menaces présentes dans la région», a estimé le représentant américain.

    Ce vendredi, la chaîne de télévision turque TRT a annoncé que Moscou et Ankara avaient signé l'accord de prêt pour l'achat des systèmes russes de défense antiaérienne et antimissile S-400 Triumph. Selon le directeur général du conglomérat d'État russe Rostec, Sergueï Chemezov, Ankara achète quatre divisions de S-400 pour 2,5 milliards de dollars (2,09 milliards d'euros). 55% de ce montant seront réglés par des fonds empruntés à la Russie.

    Les premières livraisons sont prévues pour mars 2020.

    L'intérêt que porte Ankara aux S-400 a été critiqué par l'Otan. Selon cette organisation, cette décision de la Turquie l'empêcherait de devenir partie du système unifié de lutte antiaérienne de l'Alliance. La Turquie a répondu que l'accord ne menaçait pas l'Otan et qu'il avait été conclu parce qu'Ankara ne pouvait pas obtenir des systèmes occidentaux analogues. Moscou a à son tour indiqué que personne n'avait le droit de critiquer la coopération militaro-technique russo-turque.

    Le système S-400 Triumph, à ce jour unique au monde, est destiné à abattre des cibles aériennes, y compris des avions et des missiles. Un contrat pour la fourniture de ce système a également été signé avec la Chine. Fin août 2017, le Service fédéral pour la coopération militaro-technique a annoncé avoir reçu près de dix requêtes pour les S-400.

    Lire aussi:

    S-400: le coût du contrat entre Moscou et Ankara révélé
    S-400 Triumph: Moscou s’exprime sur le transfert de technologies à la Turquie
    L'avertissement officiel de l'Otan à la Turquie désireuse d'acquérir des S-400 russes
    Tags:
    S-400, Russie, Washington, États-Unis, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik