International
URL courte
261281
S'abonner

Les dernières déclarations des États-Unis adressées à la Russie sur les attaques prétendument commises par les autorités syriennes n’est qu’un nouveau signe de la guerre médiatique censé écarter les accusations à l’encontre des Américains eux-mêmes, estime un sénateur russe.

Les appels lancés par les États-Unis à l'égard de la Russie afin d'obliger les autorités syriennes à arrêter les attaques contre la population du pays est un élément de la guerre informatique menée par les Américains, qui n'aura pas de répercussions graves, a déclaré à Sputnik, Konstantin Kossatchev, président de la Commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération.

Vendredi, le département d'État américain a exhorté la Russie à «remplir ses obligations et assurer que le régime de [Bachar] el-Assad arrête ses attaques barbares contre les civils en Syrie».

«Les appels du département d'État des États-Unis adressés à la Russie afin qu'elle oblige les autorités syriennes à arrêter les soi-disant attaques barbares contre leur propre peuple ont un seul but: décrédibiliser les positions de Bachar el-Assad au cours du futur règlement pacifique en Syrie, d'où ces allégations concernant les attaques contre la population», a précisé le sénateur russe.

Par ailleurs, c'est une tentative d'«écarter les graves accusations de soutien aux combattants de Daech portées à l'encontre des États-Unis par notre état-major», a souligné M. Kossatchev.

C'est un nouvel épisode de la guerre de l'information menée par le département d'État qui «n'aura aucune répercussion grave», a résumé le sénateur.

Lire aussi:

«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA
La Russie a mis au point un test de dépistage du Covid-19 de haute précision
Tags:
conflit syrien, attaque, accusations, Bachar el-Assad, Konstantin Kossatchev, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook