Ecoutez Radio Sputnik
    masque à gaz

    Une catastrophe écologique évitée de justesse près de Belgrade

    © Sputnik. Yulia Chesnova
    International
    URL courte
    7353

    Pas moins de 25 tonnes de déchets toxiques ont été découvertes sur un terrain privé dans la banlieue de Belgrade, chose qui a suscité la colère du maire de la ville d’Obrenovac. Une enquête a été diligentée, rapportent les médias.

    25 tonnes de déchets hautement toxiques stockés dans des barils et des conteneurs ont été déterrées sur le terrain d'une propriété privée dans la banlieue sud-ouest de Belgrade, rapporte la presse, se référant aux autorités serbes.

    Comme le précise la chaine N1, ces fûts, découverts à Obrenovac, à 30 km de la capitale, contiennent du benzène, substance largement présente dans la fabrication de plastiques, de colorants, de solvants, d'essence et de détergents.

    A la suite de cette découverte, les habitants d'Obrenovac ont été mis en garde contre l'utilisation de l'eau des puits. Des analyses visant à déterminer si les sols et les eaux de puits ont été contaminés sont en cours, d'après le ministère de l'Écologie.

    «Ce n'est que le début d'une opération majeure qui aura lieu sur notre territoire et en Serbie», a déclaré le maire d'Obrenovac, Miroslav Cuckovic, à la télévision d'Etat (RTS). «Nous allons vérifier tous les sites où des déchets toxiques auraient pu être dissimulés», a-t-il ajouté.

    Le propriétaire du terrain a été arrêté. S'il était poursuivi, il encourrait cinq ans de prison.

    La Serbie, qui négocie son entrée dans l'Union européenne, est confrontée à de graves problèmes de pollution, notamment en raison d'années de négligence et d'une situation économique précaire.

    Lire aussi:

    Les MiG-29, cadeau russe à la Serbie, bientôt au service des Forces armées serbes
    La Serbie sert-elle à contourner l’embargo? Un ministre à Moscou pour dissiper les doutes
    Tags:
    matières toxiques, découverte, déchets, Belgrade, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik