Ecoutez Radio Sputnik
    Kaboul

    L’Afghanistan, est-il une nouvelle tête de pont de Daech?

    © Sputnik . Alexander Grashenkov
    International
    URL courte
    4113

    Selon les dernières informations, plus de 10.000 personnes, dont des ressortissants algériens et français, ont déjà rallié les rangs de Daech en Afghanistan, que les djihadistes considèrent comme leur base d’appui dans la région. Sputnik a demandé à des experts afghans à quel point cette situation était dangereuse.

    Les terroristes de Daech représentent une vraie menace en Afghanistan, notamment dans le nord du pays, a déclaré à Sputnik le politologue Abdul Kader Mesbah, professeur à l'Université de Balkh.

    «Après la défaite de Daech en Syrie et en Irak, les terroristes se sont repliés en Afghanistan, au Pakistan, en Inde et même, d'après certaines informations, au Bangladesh. […] L'Afghanistan est sans doute la meilleure tête de pont pour les djihadistes», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'expliquer que l'Afghanistan était avant tout limitrophe des pays d'Asie centrale, et que la situation instable, surtout dans le nord afghan qui est en outre une voie de trafic de drogue, faisait de lui la meilleure base pour les terroristes.

    «Qui plus est, les pays occidentaux et les États-Unis en premier lieu s'appliquent à nuire aux intérêts de la Russie. Après la victoire remportée par les Russes sur les terroristes en Syrie, les Américains, qui se sont avérés incapables de jouer un rôle déterminant dans la lutte contre Daech, font flèche de tout bois pour porter un coup contre la Russie, et le nord de l'Afghanistan est justement utilisé pour cela par les États-Unis», a résumé l'universitaire.

    Quoi qu'il en soit, un autre interlocuteur de Sputnik, le porte-parole du ministère afghan de la Défense, Dawlat Waziri, n'est pas du tout de cet avis.

    «Les terroristes de Daech sont pratiquement écrasés en Afghanistan. Daech n'a plus de centre important dans le pays. Ils ont notamment été éliminés dans les provinces de Nangarhâr, d'Helmand, de Farâh, d'Orozgân et de Zabol. Les terroristes opèrent encore dans la province de Jûzjân, dans le nord, mais y seront également liquidés sous peu», a affirmé M.Waziri.

    Dans un entretien accordé à Sputnik, le député afghan Mohammad Malek Mangal s'est exprimé à peu près dans le même sens, indiquant que la situation en Afghanistan n'était pas aussi grave que telle qu'elle est présentée dans bien des pays.

    Selon le parlementaire, l'Afghanistan ne pourra venir à bout des terroristes qu'en conjuguant ses efforts avec ses «alliés occidentaux et américains».

    «Ce que les États-Unis ont fait en Afghanistan n'a pas suffi», a-t-il résumé.

    Lire aussi:

    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Des Gilets jaunes aspergés d’eau bleue à Paris, un moyen de «marquage»? (images)
    Une photo de Sputnik prise à Notre-Dame cause une avalanche internationale de fake news
    Tags:
    tête de pont, alliés, intérêts nationaux, terrorisme, Université de Balkh, Daech, Sputnik, Mohammad Malek Mangal, Abdul Kader Mesbah, Dawlat Waziri, Orozgân, Nangarhâr, Helmand, Asie centrale, Bangladesh, Pakistan, Afghanistan, Syrie, Inde, Irak, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik