Ecoutez Radio Sputnik
    Erbil, la capitale du Kurdistan irakien

    Pourquoi l’Iran rouvre-t-il sa frontière avec le Kurdistan irakien?

    CC BY 2.0 / Sammy Six
    International
    URL courte
    2162

    L'Iran a rouvert mardi deux postes-frontières, reliant son territoire à la région autonome du Kurdistan, qui avaient été fermés à la suite du référendum sur l'indépendance organisé par les Kurdes en septembre dernier.

    Les trois postes-frontières entre l'Iran et l'Irak situés dans la région autonome du Kurdistan irakien (nord) sont désormais tous opérationnels après la réouverture mardi de deux d'entre eux, ont annoncé des responsables kurdes et iraniens.

    Ces trois points transfrontaliers avaient été fermés par Téhéran à la demande de Bagdad après la tenue fin septembre d'un référendum d'indépendance dans le Kurdistan irakien, auquel les deux pays étaient fermement opposés.

    «À 06H00 (03H00 GMT), nous avons été informés par les Iraniens de l'ouverture du poste-frontière» de Parwezkhan, a indiqué aux journalistes Aram Sayakhan, porte-parole des autorités de ce point de passage.

    «Une fois les procédures administratives terminées, il a officiellement rouvert à 09H00», a-t-il ajouté.

    Cette information a été confirmée à l'AFP par Ahmed Kalari, membre de la chambre de commerce de la province de Souleimaniye.

    Trois postes transfrontaliers relient l'Iran à l'Irak dans le Kurdistan irakien: ceux de Parwezkhan et Bashmaq dans la province de Souleimaniye, et celui de Haji Omran dans la province d'Erbil. Bashmaq avait rouvert le 25 octobre.

    Dans un communiqué, le consulat iranien à Erbil a annoncé la réouverture des postes-frontières de Parwezkhan et de Haji Omran «à compter de mardi» et après «une fermeture à la demande officielle du gouvernement irakien».

    Les autorités à Téhéran avaient annoncé le 18 décembre la réouverture de ces deux postes-frontières mais sans en préciser la date.

    Le fonctionnement normal des postes-frontières pourrait apporter un répit à l'économie du Kurdistan irakien, région criblée de dettes qui traverse une crise profonde, à la fois économique et politique, et qui est soumise par Bagdad à une interdiction des vols internationaux.

    Selon des statistiques officielles kurdes, le seul point de passage de Bashmaq a généré en 2015 près de 200 millions de dollars de revenus.

    Lire aussi:

    L’Iran ferme sa frontière terrestre avec le Kurdistan irakien
    Téhéran dissipe les rumeurs sur la fermeture de sa frontière avec le Kurdistan irakien
    L’Iran suspend ses liaisons aériennes avec le Kurdistan irakien à la demande de Bagdad
    Tags:
    ouverture des frontières, frontière, Irak, Iran, Kurdistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik