International
URL courte
4193
S'abonner

L'arrivée massive de réfugiés sur le sol allemand est à l'origine de la montée de la criminalité enregistrée au cours de ces dernières années dans le pays, révèle une étude menée par une équipe de criminologues.

La récente montée de la criminalité en Allemagne est en grande partie liée à l'afflux de migrants dans le pays, ont conclu les auteurs d'une étude réalisée à la demande du ministère fédéral de la Famille, informent les médias locaux.

Les experts avec à leur tête l'ancien ministre de la Justice de Basse-Saxe Christian Pfeiffer ont procédé à une analyse détaillée de la situation dans la région susmentionnée, où le nombre de crimes violents a augmenté de 10,4% entre 2014 et 2016. Selon les criminologues, cette hausse est à 90% due à l'arrivée massive de réfugiés dans le pays.

Les chercheurs indiquent que cela s'explique notamment par le fait que la plupart des migrants sont des hommes âgés de 14 à 30 ans et sont ainsi plus enclins, selon les statistiques, à commettre des infractions, ainsi que par le placement de réfugiés de différents pays dans des centres d'accueil surpeuplés.

Toujours d'après le rapport, les Syriens, les Afghans et les Irakiens commettent le moins de délits, alors que les ressortissants des pays nord-africains, tels que le Maroc, l'Algérie et la Tunisie, ont les «casiers judiciaires» lourds. De toute évidence, cette différence est due au fait que ces derniers ont moins de chances d'obtenir l'asile sur le sol allemand, indiquent les chercheurs.

Lire aussi:

Dupond-Moretti garde des Sceaux, «une déclaration de guerre à la magistrature», selon un syndicat
Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Tags:
société, crise migratoire, criminalité, Ministère fédéral allemand de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse (BMFSFJ), Christian Pfeiffer, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook