International
URL courte
9413
S'abonner

La fille de Donald Trump a accepté d’entrer dans l’administration présidentielle américaine avec le projet de devenir plus tard la première Présidente des États-Unis, affirmerait un livre à paraître le 9 janvier.

Ivanka, la fille de Donald Trump souhaiterait devenir la première femme Présidente des États-Unis, lit-on dans des extraits du livre Fire and Fury: Inside the Trump White House du journaliste Michael Wolff publiés dans le New York Magazine.

Le livre affirmerait qu'Ivanka et son mari, Jared Kushner, conseiller de Donald Trump, ont consenti à faire partie de l'administration présidentielle dans l'espoir que cela aiderait un jour la fille de Trump à devenir Présidente.

Les deux époux se seraient entendus: si l'occasion se présentait à l'avenir, elle serait la candidate à la présidence, affirme Michael Wolff dans son livre cité par le magazine. «La première femme Présidente […] ne serait pas Hillary Clinton; ce serait Ivanka Trump».

Steve Bannon, ancien conseiller de Trump qui avait inventé le terme «Jarvanka», était «horrifié» lorsque l'accord du couple lui a été rapporté.

Auparavant, des médias ont relaté que la Maison-Blanche avait démenti le contenu du livre qui n'a pas encore paru. Celui-ci affirmerait notamment que Donald Trump ne comptait pas devenir Président et que sa femme Melania aurait été choquée par la perspective de devenir Première dame.

Le livre Fire and Fury: Inside the Trump White House (Le Feu et la Fureur: à l'intérieur de la Maison-Blanche de Trump) devrait paraître le 9 janvier 2017.

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
Michael Wolff, Ivanka Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook